Metafora biosystems, labellisée Genopole, lance un biomarqueur du métabolisme énergétique cellulaire, Glut1.RBD

Publireportage

Biologiste infos
Crédit photo : © Metafora Biosystems

Metafora biosystems entreprend la commercialisation du biomarqueur Glut1.RBD, le premier produit capable de reconnaître le transporteur majeur du glucose à la membrane cellulaire.

Acteur clé du métabolisme énergétique des cellules, Glut1 peut maintenant être quantifié par Glut1.RBD, qui révèle ainsi des déséquilibres énergétiques accompagnant une maladie, l’effet de molécules toxiques, etc. Glut1.RBD est fait pour être utilisé de manière simple et rapide dans différentes techniques classiques d’imagerie cellulaire.

Ce nouvel outil, dédié à la recherche biomédicale, présente un champ d’application très large, depuis la découverte et le développement de médicaments jusqu'aux explorations de pathologies, notamment les maladies du sang.

« Notre produit Glut1.RBD, premier d’une série de 6 kits dédiés au marché préclinique, permet aux industries pharmaceutiques, cosmétiques, mais également aux chercheurs, de mettre en évidence par exemple un stress énergétique, comme nous venons de le publier ce mois-ci » [1], précise Luc d’Auriol, président de Metafora biosystems. « Rapide et simple de mise en œuvre, notre technologie est résolument tournée vers l’identification et le développement de biomarqueurs signant l’adaptation de la cellule à son environnement », ajoute-t-il.

Ne souhaitant pas se limiter à Glut1, Metafora biosystems développe d’autres biomarqueurs innovants de transporteurs de nutriments, afin d’explorer finement le métabolisme cellulaire et d’accompagner le développement de nouveaux médicaments. D’autres kits seront lancés avant fin 2014.

Metafora biosystems développe des biomarqueurs innovants ciblant les transporteurs de nutriments pour des applications en recherche préclinique et clinique. En se liant spécifiquement aux transporteurs, ces RBD (receptor binding domain) permettent d’évaluer l’efficacité de molécules thérapeutiques, leur toxicité, ou encore de contrôler le potentiel fonctionnel de cellules souches avant leur implantation en médecine régénérative.

[1](Li et al., J Biomol Screen, May 2014)