Y aura-t-il encore des biologistes en 2030 ?

Point de vue

ipopba-iStockphoto

À l'heure de la montée en puissance du numérique en santé et des capteurs connectés, les acteurs de la profession s'interrogent sur les évolutions de la biologie médicale d'ici 2030.

Un homme se réveille à l'hôpital en 2031 après une hibernation de 12 ans, suite à un accident de montagne. Les médecins n'existent plus, ils ont été remplacés par des créatures cybernétiques pilotées par une intelligence in silico afin de minimiser la variabilité liée aux facteurs humains. Le Dr Michel Vaubourdolle, LBM-Est parisien, AP-HP, Sorbonne université, relate cette vision qui fait froid dans le dos, lors du Colloque de biologie médicale en novembre 2019. « Grâce à vous, des précautions seront prises pour que ce cauchemar ne se réalise jamais », déclare-t-il.

Tous s'accordent à dire que l'évolution vers le numérique en santé, les capteurs connectés, l'intelligence artificielle est déjà en marche. « Le numérique en santé représente actuellement un challenge socio-économique, voire politique », affirme le Dr Isabelle Aimone-Gastin, MD, PhD, Membre du bureau de la SFBC – chargée de mission CNP (Conseil National Professionnel). « Trois innovations interconnectées se développent : l'intelligence artificielle (IA), le big data et l'internet des objets », indique-t-elle. « Le Health Data Hub, l'espace numérique en santé, le DMP font partie des transformations du système de santé en cours », surenchérit le Dr Stéphanie Rist, députée. Ainsi, en mars dernier, le président de la République a lancé un plan « intelligence artificielle » pour que la France devienne un leader dans ce domaine, et le Heath Data Hub, plateforme de partage des données de santé a été officiellement créée le 1 er décembre 2019.

Retrouvez l'intégralité de cet article issu de Biologiste Infos n°104 ici