Le dosage de la calprotectine inscrit à la NABM ?

Expertises

Source : Guide des références biologiques – Biologie médicale (édition 2018)

Le dosage de la calprotectine fécale fait l’objet d’une évaluation par la HAS en vue d'une inscription à la NABM. Quelles en sont les étapes clés?

« Pour inscrire un acte à la NABM (Nomenclature des actes de biologie médicale), l’Assurance maladie se fonde à la fois sur l’avis scientifique de la HAS (Haute Autorité de santé) et sur l’avis de la Chab (Commission de hiérarchisation des actes de biologie) », résume le Dr Michèle Surroca, responsable du département des produits de santé de la Cnam*. Ainsi, tout commence par une saisie de la HAS par l’Uncam (Union nationale des caisses d'Assurance maladie), les sociétés savantes, ou le ministère de la Santé. Dans le cas de la calprotectine, la Cnam et plusieurs organismes professionnels de gastro-entérologie (CNP-HGE, SNFGE, GETAID) ont demandé à la HAS d’évaluer l’intérêt de mesurer la concentration en calprotectine dans trois indications impliquant le diagnostic différentiel et le suivi des maladies inflammatoires chroniques intestinales1. « L'avis de la HAS se base sur une revue exhaustive de la littérature et sur l’avis des professionnels de santé pour évaluer l’intérêt du remboursement d’un acte de biologie médicale », expose le Dr Surroca. La Chab a ensuite pour mission de « proposer des libellés, les indications de prise en charge, les conditions de prescription et de réalisation et une cotation », souligne-t-elle. Cette commission paritaire est constituée de membres avec voix délibératives (représentants des syndicats de biologie médicale privée et de l’Uncam) et avec voix consultatives (représentants de la direction de la Sécurité sociale, de la direction générale de la Santé, de la direction générale de l’Offre de soins (DGOS), de la HAS, et des syndicats de biologistes hospitaliers).
 

Pour lire l'intégralité de cet article issu de Biologiste Infos n°101, abonnez-vous ici ou connectez-vous à votre espace