Un nouveau livre blanc examine l'effet moteur du financement sur l'innovation et la digitalisation

Crédit photo : © Financial Services de Siemens

Le nouveau livre blanc de la division Financial Services de Siemens (SFS) examine la façon dont des solutions de financement innovantes contribuent aux progrès réalisés dans les secteurs de l'industrie, de la santé et des infrastructures, en permettant l’investissement dans la digitalisation des procédés et des technologies.

La digitalisation permet la récupération et l’analyse de données relatives aux performances réalisées par les systèmes et équipements. Ces données intelligentes ainsi obtenues peuvent ensuite être exploitées pour optimiser la productivité et l'efficacité d’une organisation, et par conséquent réduire ses coûts et augmenter sa compétitivité.

Le livre blanc souligne la disponibilité sur le marché de toute une gamme de solutions de financement personnalisées en fonction des équipements et technologies tout en s’adaptant aux attentes et contraintes budgétaires des clients. Celles-ci peuvent regrouper tous les coûts associés d’un projet comme la maintenance ou l’assurance pour une approche orientée « coût total de possession » (TCO) ou plutôt « résultats » pour accélérer le retour sur investissement de projets d’efficacité énergétique. Par ailleurs, ces solutions de financement sont conçues pour s’adapter aux cycles d’innovations technologiques et favorisent l’évolutivité des équipements, ce qui constitue la garantie d’être toujours à la pointe de la technologie. Ces méthodes de financement sont de plus en plus délivrées par des spécialistes disposant de l'expertise technologique nécessaire et ayant une connaissance approfondie des secteurs ciblés. Il leur est donc possible, de par leur expertise technique et leur savoir-faire financier, d’offrir des solutions personnalisées adaptées à des applications technologiques très spécifiques et correspondant aux besoins de leurs clients.

Le financement joue un rôle grandissant dans les décisions d’investissement des organisations qui souhaitent exploiter les innovations technologiques disponibles sur le marché pour renforcer leur compétitivité. Dans le secteur de la santé, l’intégration technologique ouvre la voie à la production de prothèses personnalisées grâce à l’association de données de mesures générées par des tomographes informatisés et des IRM. Les images issues de ces mêmes tomographes, IRM et ultrasons peuvent également être superposées, en temps réel sur le même écran, pour permettre la fusion d’images cliniques, contribuant ainsi à une meilleure gestion des flux de patients en réduisant le nombre de contrôles ultérieurs et en fournissant des informations cliniques améliorées, le tout sans exposition supplémentaire aux radiations. Enfin, dans le domaine de la biologie médicale des solutions associant la robotique permettent de combiner chimie clinique et immunologie, rendent possible la gestion centralisée des échantillons en une seule opération et, ce faisant, améliorent à la fois la flexibilité, l’efficacité, mais aussi les volumes de production. Alors que les cycles d’innovations technologiques sont toujours plus rapides, la mise à disposition de solutions de financement souples et personnalisées comme la location ou le crédit-bail constitue un élément essentiel pour aider les établissements publics et les entreprises du secteur privé à exploiter le potentiel des technologies numériques.

« Nous constatons une augmentation de la demande pour des techniques de financement intelligentes en provenance aussi bien des secteurs publics que privés », commente Thierry Fautré, président de la division Financial Services de Siemens en France. « La complexité croissante des technologies disponibles sur le marché nous conduit à adapter nos méthodes de financement en fonction des besoins exprimés, comme par exemple proposer aux clients des plans de loyers progressifs afin que le montant des remboursements corresponde aux bénéfices générés par l’équipement ou la solution déployée. »

Le rapport fait aussi mention de la nouvelle attitude des directeurs financiers face aux projets d’investissement dans de nouvelles technologies. Ces professionnels examinent désormais avec la plus grande attention l'ensemble des résultats escomptés, comme l'amélioration de la performance et de la productivité, les économies de coût et/ou le retour sur investissement, avant de choisir le mode de financement le plus adapté à la réalisation des objectifs de l'entreprise.

Publicités