Les biologistes en grève à partir du 14 novembre

Profession

©Khosrork-istock

Suite à l’échec des négociations avec l’Assurance maladie les biologistes médicaux appellent à une grève reconductible à partir du 14 novembre.

Alors que l’article 27 du PLFSS 2023 avec l’objectif de 250 millions d’euros d’économies sur les actes de biologie courante en 2023 avait été adopté en première lecture lundi 31 octobre à l’Assemblée nationale suite au déclenchement du 49.3 sur le texte, la profession avait rendez-vous avec Thomas Fatome, directeur général de la CNAM pour un « rendez vous de la dernière chance » lundi 7 novembre au soir.
« Nous nous sommes heurtés à un mur et appelons l’ensemble de la profession à une grève reconductible à partir du lundi 14 novembre » déclare François Blanchecotte, président du SDB (Syndicat des biologistes).  « Thomas Fatome est arrivé avec une proposition de rabot plus salée encore que la proposition initiale » se désole Lionel Barrand, président du syndicat Les Biomed. « L’addition s’envole désormais à 280 millions d’euros sur 2023, 332 millions sur 2024, 332 millions sur 2025 et 332 millions sur 2026 » s’indigne la profession dans un communiqué daté du 7 novembre. « Ce n’est rien de moins qu’un projet d’asphyxie programmé de la biologie médicale que prévoit la CNAM. Ces décisions auront des conséquences néfastes à la fois sur la santé des Français, et l’emploi local. De fait, cette politique de rabot aveugle provoquera la fermeture de laboratoires de proximité, particulièrement dans les zones rurales et les déserts médicaux, et augmentera les inégalités d’accès à la santé de nombreux patients qui perdront la possibilité d’avoir accès à des examens biologiques près de chez eux ».
La grève nationale de tous les laboratoires de biologie médicale est donc décidée à l’initiative de l’ensemble des syndicats représentatifs du secteur (Les Biomed, SDB, SLBC, SNMB) et avec le soutien de l’ensemble des acteurs de la profession (Les Biologistes Indépendants, Biogroup, Cerba Healthcare, Eurofins, Inovie, Synlab et Unilabs), tous réunis au sein de l’Alliance de la Biologie Médicale. D’abord prévue du 14 au 16 novembre, elle est reconductible « et risque de durer » anticipe François Blanchecotte.
En réaction, L’Assurance Maladie annonce le 8 novembre considérer " que ces propositions sont pleinement soutenables pour le secteur de la biologie compte tenu du niveau de rentabilité constaté en 2019 et des effets de la crise sanitaire qui a encore fortement soutenu l’augmentation de cette rentabilité"  et affirme sa volonté "privilégier le dialogue avec les représentants de ce secteur".

N.B-S.