Les Libéraux de Santé : une nouvelle intersyndicale

Interprofession

© PHANIE/VOISIN

Onze syndicats représentatifs des professionnels de santé ont annoncé mercredi 8 septembre la création d’une nouvelle intersyndicale nommée Les Libéraux de Santé pour défendre l’exercice libérale et les professionnels de santé de ville.

Ces onze syndicats sont principalement issus du Centre national des professions libérales de santé (CNPS) et de la Fédération française des praticiens de santé (FFPS) et représentent les biologistes médicaux (Syndicat des biologiste, SDB), les médecins (Confédération des syndicats médicaux français, CSMF et Syndicat des médecins libéraux, SML), les infirmiers (Fédération Nationale des Infirmiers, FNI), les chirurgiens-dentistes (Les Chirurgiens-Dentistes de France, les CDF), les masseurs-kinésithérapeutes (Fédération Française des Masseurs-Kinésithérapeutes Rééducateurs, FFMKR), les pharmaciens (Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, FSPF), les orthophonistes (Fédération nationale des orthophonistes, FNO), les podologues (Fédération Nationale des Podologues, FNP), les audioprothésistes (Syndicat des Audioprothésistes, SDA) et les orthoptistes (Syndicat National Autonome des Orthoptistes, SNAO). Ces organisations sont ailleurs majoritaires au sein de l’Union Nationale des Professions de Santé (UNPS) et toutes membres de l’Union Nationale des Professions Libérales (UNAPL).
« Face aux nombreux enjeux de fond qui s’annoncent avec des discussions pour le PLFSS (projet de loi de financement de la sécurité sociale) 2022 qui s’annoncent difficiles, l’élection présidentielle…, nous allons devoir être forts et faire valoir nos points de vue pour affirmer et défendre nos valeurs d’indépendance » affirme François Blanchecotte, président du SDB, président du CNPS (Centre national des professions libérales de santé), et premier vice-président de cette nouvelle intersyndicale. Parmi les enjeux de santé dont les Libéraux de santé souhaitent s’emparer collectivement, figure en premier lieu le vieillissement de la population via l’organisation de la prise en charge des patients âgés et dépendants. Les autres chantiers sont notamment la reprise en main du périmètre des métiers et de la formation initiale, l’avenir de la formation professionnelle continue et la certification périodique, le financement des soins de ville et la réforme de l’ONDAM, Le rééquilibrage des relations avec l’assurance maladie dans le cadre conventionnel, La clarification du rôle des complémentaires santé et la construction d’un dialogue constructif et équilibré, et enfin le déploiement d’une santé numérique maîtrisée et à visage humain.

NBS