Les tests antigéniques inscrits à la nomenclature

Covid-19

©stefanamer-istock
Trois arrêtés publiés au Journal Officiel le 17 octobre "modifient la donne du dépistage du Covid-19" selon le Syndicat des Biologiste, en particulier en inscrivant à la NABM le test de diagnostic rapide dans le cadre de la détection des antigènes du SARS-CoV-2.

Dans un premier arrêté, la détection des antigènes du SARS-CoV-2 a été ajouté au chapitre 19 de la NABM, sous la cotation B36. Il est précisé que seuls les tests marqués CE, dont les personnes physiques ou morales se livrant à leur fabrication, à leur mise sur le marché, à leur distribution ou à leur importation se sont déclarées auprès de l'ANSM, et conformes au cahier des charges établi par la Haute Autorité de santé peuvent faire l'objet d'une prise en charge. La liste des tests répondant à ces critères est consultable sur le site du ministère des solidarités et de la santé. Pour rappel, après avoir rendu son avis sur la performance des tests antigéniques le 25 septembre, la Haute autorité de santé (HAS) a défini la stratégie à adopter pour la détection du virus via ces tests le 9 octobre dernier. Un second arrêté publié au Journal Officiel du samedi 17 octobre prescritles mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l'état d'urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé”. Cet arrêté précise en particulier les conditions dans lesquels les tests rapides d'orientation diagnostique antigéniques nasopharyngés pour la détection du SARS-Cov 2 peuvent être réalisés : "dans la situation de dépistage individuel, les tests sont réalisés par les professionnels de santé suivants : les médecins, les pharmaciens ou les infirmiers. Ces tests sont réalisés sur les personnes asymptomatiques, hors personnes contact ou personnes détectées au sein d'un cluster, et sur les personnes symptomatiques". L'arrêté précise les conditions d'éligibilité pour les personnes symptomatiques : personnes âgées de 65 ans ou moins et ne présentant aucun risque de forme grave de la Covid-19, dans le cas où le résultat du test de référence RT PCR pour la détection du SARS-CoV-2 ne peut être obtenu dans un délai de 48 heures. Le test antigénique doit être réalisé dans un délai inférieur ou égal à quatre jours après le début des symptômes. Par ailleurs, "des opérations de dépistage à large échelle au sein de populations ciblées peuvent être autorisées par le représentant de l'Etat dans le département".

Enfin, un troisième arrêté concernant le dépistage de la Covid-19 publié au Journal Officiel du samedi 17 octobre inscrit à la nomenclature lesprélèvements (oropharyngés) aseptiques à différents niveaux des muqueuses ou de la peau, quel qu'en soit le nombre pour examen dans le cadre de la détection du virus du SARS-CoV-2" sous la cotation KB3, lorsque le "dépistage ou détection des cas contact pour les patients asymptomatiques pour lesquels le prélèvement nasopharyngé se révèle impossible ou difficile".

NBS