Les biologistes vent debout contre les Trods Covid

Syndicats

simarik-iStock

L’ensemble des syndicats de biologistes* s’oppose à la réalisation des Trods Covid en officine et s'interroge sur leur intérêt pour la Santé publique.

Les représentants de l’ensemble des biologistes médicaux hospitaliers, libéraux et des internes sont inquiets de l’annonce de l'autorisation d'utilisation de
Tests Rapides d’Orientation Diagnostique (TROD) covid-19 par les pharmaciens d'officine. Ils en expliquent les raisons dans un communiqué.
Les biologistes médicaux mettent en garde les autorités et le grand public sur les difficultés d’utilisation et sur la complexité de l’interprétation des résultats de ces tests sérologiques. Ils soulignent qu’un « patient se croyant faussement protégé, du fait d’un manque d’information, d’une erreur d’utilisation ou d’interprétation pourrait être à l'origine d'un nouveau cluster ».
De plus, la traçabilité des résultats sérologiques avec rédaction d’un compte rendu biologique, réalisation d’une sérothèque et transmission des résultats des examens sérologiques via la plateforme SIDEP est indispensable pour un suivi épidémiologique optimal. Ce qui n’est possible qu’en laboratoire de biologie médicale.
Enfin, aucun test de diagnostic rapide n’a été validé sur sang total et les performances n’ont pas été évaluées. Or la réalisation de TROD par les pharmaciens d’officine ne peut se faire que sur sang total recueilli par piqûre au bout du doigt et non sur sérum obtenu lors d’un prélèvement sanguin. Cela augmente les incertitudes quant à la qualité des résultats.
La HAS affirme qu'un TROD ne peut se substituer aux examens de biologie médicale et que son résultat doit être confirmé dans un LBM.
« Quel serait l’intérêt pour la Santé publique d’autoriser les TROD ? » s’interrogent les présidents des syndicats de biologistes. D’autant que les laboratoires de biologie privés et publics constituent un excellent maillage territorial avec près de 5000 sites et, avec l’aide des infirmières libérales, ils réalisent les prélèvements à domicile sur tout le territoire.
Ils interpellent donc le gouvernement : « nous alertons le Ministre de la Santé sur les risques encourus et l’absence de sécurisation du résultat dans le cas d’une réalisation et interprétation de ces examens biologiques en dehors d’un LBM ». Une lettre ouverte a déjà été envoyée à la présidente de l’’ordre des pharmaciens fin mai par le SJBM.
« Nous attendons toujours la prise de position officielle de l'Ordre des pharmaciens en faveur de la défense de la biologie médicale et des patients en refusant la sortie d'un arrêté permettant la réalisation de ces Trods » s’impatientent les syndicats de biologistes.
* SJBM, SDB, SNMB, SNMB-CHU, FNSPBHU, SNBH, CNP-BM, FNSIP-BM

J. S.