Le projet de loi de bioéthique adopté au Sénat

Bioéthique

©luismmolina-istock

Le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi relatif à la bioéthique par 153 voix contre 143 le 4 février. Le texte retourne à présent à l'Assemblée nationale pour une deuxième lecture.

Si l’accès à l’assistance médicale à la procréation est maintenu pour les couples de femmes et les femmes seules, la prise en charge par l’assurance maladie est limitée aux demandes « fondées sur des indications médicales ». Le sénat interdit l’établissement de deux filiations maternelles ou paternelles à l’égard d’un même enfant. Il interdit également la transcription de l'acte de naissance ou du jugement étranger « établissant la filiation d'un enfant né d'une GPA lorsqu'il mentionne comme mère une autre femme que celle qui a accouché ou deux pères ». Par ailleurs, le Sénat rejette l’autorisation d’autoconservation de gamètes sans raison médicale. Sur l’accès aux origines des personnes conçues par un recours au don, il a confirmé le transfert des demandes au Conseil national pour l’accès aux origines personnelles (CNAOP). Concernant la recherche, le Sénat rétabli l'interdiction de la création d'embryons transgéniques et chimériques.

Retrouvez l’intégralité des apports du sénat ici

NBS