Un comité pilote d’éthique du numérique

Intelligence artificielle

©4X-image-istock

Le CCNE constitue un comité pilote d’éthique du numérique chargé d’aborder de manière globale les enjeux éthiques du numérique et de l’intelligence artificielle, et en particulier du diagnostic médical.

Dans la continuité des recommandations du rapport « Donner un sens à l’intelligence artificielle» de Cédric Villani et de l’Avis 129 du Comité Consultatif National d’Éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE), le Premier ministre a chargé ce dernier de constituer un comité pilote d’éthique du numérique afin « d’aborder de manière globale les enjeux éthiques du numérique et de l’intelligence artificielle ». Ses premiers avis porteront notamment sur le diagnostic médical à l’ère de l’intelligence artificielle. Sur ce sujet, « il s’agira de discuter la tension entre proposition de décision algorithmique et garantie humaine, de se demander quels sont les risques encourus lorsqu’on ne suit pas le «conseil» d’un algorithme de prédiction ou encore de promouvoir la transparence et l’explicabilité du fonctionnement de ces algorithmestant pour les professionnels de santé que pour les usagers du système de santé » est-il précisé. Dirigé par Claude Kirchner, Directeur de recherche émérite Inria (Institut national de recherche dédié aux sciences du numérique), ce comité sera constitué d’environ 30 personnes d’horizons différents, spécialistes du numérique, académiques ou issus des entreprises, des philosophes, des médecins, des juristes, des membres de la société civile ainsi que des membres du CCNE et de la CERNA (Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en science et technologies du numérique d’Allistene). Un premier bilan par le CCNE sera effectué en 2021, qui émettra alors « des recommandations sur les modalités d’un éventuel comité pérenne d’éthique du numérique ».

NBS

Publicités