Colloque HAS sur la pertinence des soins

HAS

Biologiste infos
Crédit photo : Cathy-Yeulet-istock

La Haute Autorité de Santé a organisé le mardi 14 novembre son colloque annuel sur une dimension essentielle de la qualité des soins, la pertinence, afin de nourrir la réflexion sur les moyens de la renforcer.

Intitulé « Pertinence : du concept à l’action », ce colloque a rassemblé des experts scientifiques français et internationaux, des professionnels de santé, des usagers et des représentants des pouvoirs publics.

Le colloque « Pertinence : du concept à l’action » s’est déroulé autour de deux sessions destinées « à cerner les visions, les enjeux, les obstacles et les leviers de la pertinence des soins. » Ces sessions, mises en perspectives par deux membres du collège de la HAS, ont ensuite nourri les débats des acteurs de la politique de santé française (représentants du ministère, de l’assurance maladie, des professionnels de santé et d’usagers).

En amont de cette manifestation, la HAS avait organisé une démarche participative en vue de recueillir le point de vue d’usagers et de citoyens sur 3 questions.

1) Qu’est-ce qui serait prioritaire pour améliorer la pertinence des soins pour tous ?

2) Comment, en tant que patients et usagers, pouvons-nous contribuer à la pertinence des soins, notamment dans nos propres comportements et avec les professionnels de santé ?

3) Comment, en tant que citoyens ou représentants d’usagers, pouvons-nous contribuer à ce que la pertinence des soins soit un enjeu partagé de santé publique ?

Un panel de citoyens et de représentants d’usagers du système de santé avait alors fait part de ses réflexions sur la question de la pertinence et rédigé un avis basé sur la définition suivante d’un soin pertinent : « un soin adapté aux besoins du patient et à son environnement de vie ; administré suite à un véritable échange avec le médecin/professionnel ; ayant une balance bénéfice/risque favorable ; utile et juste scientifiquement ; et enfin un soin accessible à tous les citoyens aussi bien au plan géographique que financier. »Dans leur avis, les usagers et citoyens plaident « pour une conception de la pertinence élargie à la prise en charge globale et à la qualité de vie au-delà de la pertinence des soins prise isolément ».

Orientations de la HAS pour les années à venir

Déterminée à contribuer au développement de soins et d’organisations pertinents au bénéfice des patients et des usagers, la HAS a précisé les orientations qu’elle retient pour les années à venir. Elle s’inscrit en particulier dans une démarche de développement de la pertinence globale des prises en charge, englobant la pertinence des soins.

La HAS maintient son engagement au sein du groupe national pertinence en lien avec la DGOS, l’Assurance maladie et l’ATIH dont la contribution à l’identification des thématiques prioritaires est indispensable, par l’analyse des bases de données et des retours des Agences régionales de santé.

La HAS poursuit aussi la production de fiches pertinence avec les professionnels de santé sur des thématiques identifiées par eux (comme sur le diagnostic et le traitement des personnes infectées par helicobacter pylori ou sur les choix de chirurgie.

En coproduction avec les professionnels de santé, la HAS entend aussi développer l’élaboration de messages courts, avec l’objectif de les intégrer à terme dans les systèmes informatiques d’aide à la décision utilisés par les professionnels, notamment dans le champ de l’allergo-immunologie, de la chirurgie pédiatrique, de l’hématologie ou encore de la médecine vasculaire.

En miroir des messages destinés aux professionnels de santé, la HAS souhaite par ailleurs développer des outils à destination des patients afin de faciliter le dialogue avec les professionnels en faveur de décisions de soins pertinentes partagées.

La HAS affirme enfin sa volonté « de renforcer sa politique d’indicateurs en faveur du développement accru d’indicateurs de pertinence et de résultats. » Ceux-ci viendront étayer les évolutions engagées par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, en faveur d’une politique de financement des soins intégrant beaucoup plus largement qu’aujourd’hui un intéressement à la pertinence et à la qualité des soins. Elle contribuera ainsi « à construire des parcours de santé pertinents, garantissant leur sécurité et leurs résultats au bénéfice des patients. »

La rédaction avec la HAS