Infection tuberculeuse latente : un nouveau test de détection concurrent de l’interféron gamma

Infectiologie

Biologiste infos
Crédit photo : iLexx-istock

Un nouveau type d’intradermoréaction a été mis au point par l’équipe de Ruhwald M. du Statens Serum Institut (Danemark) et est utilisé actuellement dans deux essais cliniques de phase III, selon une étude présentée à la Conférence internationale American Thoracic Society 2016.

Le diagnostic d’infection tuberculeuse latente passe aujourd’hui soit par l’intradermoréaction à la tuberculine (IDR) soit par les tests IGRA (pour interferon gamma release assay). Le principal inconvénient de l’IDR est sa faible sensibilité notamment avec des faux positifs liés à la vaccination par le BCG. Par contre, il est de réalisation simple et reste peu coûteux. Les IGRA sont quant à eux beaucoup plus spécifiques que l’IDR, mais ont un coût élevé (20 à 40 fois plus cher que l’IDR).

Le nouveau test de l’équipe de Ruhwald M., appelé C-Tb, utilise deux antigènes spécifiques de M. tuberculosis (ESAT 6 et CFP10). Il s’administre comme l’IDR à la tuberculine et s’interprète également par la mesure de l’induration, deux à trois jours plus tard.

L’équipe de Ruhwald et al ont mené deux études de phase III, pour évaluer ce nouveau type d’intradermoréaction (C-Tb).

Dans le premier essai clinique, le Dr Ruhwald et ses collègues ont mené une étude en double aveugle de C-Tb à 979 participants inscrits dans 13 sites d'essais cliniques en Espagne. Les participants, tous les adultes, étaient classés selon leur profils de risque d’infection tuberculeuse: état de présumé de tuberculose, risque de virus intermédiaire, risque élevé de tuberculose latente, et tuberculose à l'état actif. Les chercheurs ont constaté :

• Les deux C-Tb et l'IGRA avaient une spécificité de 97 %.

• C-Tb était hautement concordant au test de libération d'interféron-gamma (TLIG) chez 95 % des participants à l'étude.

• La spécificité de C-Tb n'a pas été touchée par le vaccin BCG, vaccin partiellement efficace que de nombreux résidents des pays en développement reçoivent.

• La sensibilité du C-Tb était comparable à la TLIG dans les cas confirmés de tuberculose (77 % contre 81 %), ce qui indique des capacités similaires pour détecter l'infection.

Dans le second essai en double aveugle, les chercheurs ont été principalement intéressés par le dépistage de populations séropositives pour le VIH et de jeunes enfants appartenant à des populations chez qui l’utilisation de tests TST et IGRA était compromise. L'étude, menée en Afrique du Sud, comprenait 1 090 participants, dont 299 patients atteints du VIH et 402 jeunes enfants au statut inconnu.

Les chercheurs ont constaté que :

• Parmi les participants vivant avec le VIH, la capacité des trois tests pour détecter l'infection de la tuberculose était diminuée, bien que le C-Tb soit apparu plus robuste que les autres tests chez les participants infectés par le VIH à faible nombre de cellules T CD4.

• Parmi les enfants présentant une induration de moins de 5 mm, C-Tb était comparable avec les deux autres tests pour identifier les enfants infectés par la tuberculose.

Un autre avantage de C-Tb, selon le Dr. Ruhwald est que la mesure de l'infection (à partir de 5mm ou d’une plus grande induration), est universelle pour les patients présentant des facteurs de risque, y compris l'infection à VIH.

Avec le test cutané à la tuberculine (TCT), la taille de l'induration est souvent ajustée pour augmenter la précision de la mesure de l’infection dans différentes populations de patients.

Cette nouvelle intradermoréaction utilisant deux antigènes spécifiques de M. tuberculosis (qui sont également ceux utilisés dans les IGRA) pourrait être une bonne alternative dans le diagnostic des infections tuberculeuses latentes.

L'approbation réglementaire pour le C-Tb est actuellement en cours d’examen et Statens Serum Institute est la recherche d'un partenaire commercial pour la commercialisation de C-Tb. Le coût d'un test C-Tb reste à déterminer; cependant, il devrait être sensiblement inférieur aux tests de détection de l'interféron gamma (TDIG).

La rédaction avec Claire Andréjak de La lettre du pneumologue

Publicités