Flore intestinale : un marqueur de sévérité du syndrome de l'intestin irritable ?

Microbiote

Biologiste infos
Crédit photo : Sebastian Kaulitzki

En Occident, le syndrome de l’intestin irritable (SII) touche 10 à 15 % de la population générale. Des recherches ont permis de mettre en évidence des altérations du microbiote intestinal chez ces patients. Une étude, menée par l’équipe de J. Trap, a été réalisée afin de déterminer si des profils types de flore intestinale étaient associés à la gravité du syndrome.

Elle a été menée auprès de 130 individus dont 95 avec un SII, 78 participants avaient un SII considéré comme sévère et 30 sujets sains contrôles. Les données recueillies portaient sur la sévérité du SII, les comorbidités psychologiques et la qualité de vie. L’analyse du microbiote a été réalisée à partir des biopsies sigmoïdes et des prélèvements de fèces, selon une méthode de pyroséquençage permettant d’identifier des espèces avec 97 % de similitude moléculaire (ou OTU, Operational Taxonomical Units). À travers une base de données de 2900 OTU, 100 ont été associés à la sévérité du SII.

Ces données suggèrent l’existence d’un profil type de microbiote associé à la sévérité du SII, sévérité qui reste indépendante de l’âge, du sexe, de l’IMC ou encore du H2 expiré.

Source : Trap J et al., abstract OP404

Eva Guenaire