Améliorer le dépistage de l'insuffisance rénale chronique

Techniques

peterschreiber.media-istock

L'insuffisance rénale chronique terminale est souvent mal identifiée. En effet, elle peut être insuffisamment dépistée ou à l'inverse, diagnostiquée à tort chez des patients âgés.

Entre 65 et 74 ans, « 440 nouveaux patients par million d'habitants arrivent au stade d'insuffisance rénale chronique en France, et ce chiffre s'élève à près de 700 chez les personnes âgées de plus de 75 ans », souligne le Pr Jean-Michel Halimi, néphrologue au CHU de Tours, lors des JIB (Journées de l'innovation en biologie) en décembre 2020. « Nous devons tout faire pour réduire le risque d'insuffisance rénale chronique terminale », martèle-t-il. Il rappelle que l'âge médian, relatif à ce risque, est de 70 ans. Ce néphrologue mène, depuis 2015, une action pluriprofessionnelle
en région Centre-Val de Loire, associant biologistes, médecins, pharmaciens et infirmières. L'objectif ? Améliorer le dépistage et le suivi des patients atteints de maladie rénale chronique.

Pour lire l'intégralité de cet article issu de Biologiste Infos n°111, abonnez-vous ici ou connectez-vous à votre espace.

 

Agnès Bourahla-Farine