Le poolage, un outil pour le dépistage de masse ?

Recherche

Vincent Brault, Bastien Mallein, Jean-François Rupprecht. PLOS Computational Biology, 2021 Mar 4; 17(3).

Un mathématicien, un statisticien et un modélisateur se sont penchés sur la technique du pooling d'échantillons pour les tests de diagnostic de la Covid-19 et ses possibles applications pour le dépistage à grande échelle.

Les tests groupés font-ils diminuer la sensibilité et augmenter le risque de faux négatifs ? Quelle est la pertinence de ces tests pour le dépistage de masse ? Quelle serait la taille de groupe optimale ? Y a-t-il un effet du statut épidémique sur la charge virale observée dans la population ? Pour répondre à ces questions, Vincent Brault, statisticien et maître de conférences au labo Jean Kuntzmann à Grenoble, Bastien Mallein, maître de conférences en mathématiques à l'université Sorbonne Paris Nord, et Jean-François Rupprecht, chargé de recherche CNRS à l'institut Centuri et au centre de Physique théorique de l'université d'Aix-Marseille ont rejoint, dès mars 2020, le groupe de travail d'experts en la modélisation sur le Covid-19, MODCOV19. « Nous avons décidé d'appliquer notre expertise mathématique pour évaluer si la technique du pooling pouvait être utilisée pour le dépistage de masse, avec l'objectif de détecter les infections précoces et asymptomatiques », témoigne ce dernier. Leurs résultats ont été publiés le 4 mars 2021 dans PLOS Computational Biology.

Pour lire l'intégralité de cet article issu de Biologiste Infos n°111, abonnez-vous ici ou connectez-vous à votre espace.

 

Nadia Bastide-Sibille