Quelle est l’aide de la biologie dans le diagnostic de la borréliose de Lyme ?

Point de vue

© photos-iStock


Le Pr Benoît Jaulhac, responsable du Centre national de référence (CNR) des Borrelia à Strasbourg, dresse un panorama des dernières connaissances et rappelle les recommandations concernant la borréliose de Lyme transmise par les tiques, une infection très médiatisée.

«Le risque de développer une borréliose de Lyme est faible à chaque piqûre de tique (1 à 2 %) », dédramatise le Pr Jaulhac, lors des Journées de Biologie clinique 2019. Responsable du Centre national de référence (CNR) des Borrelia à Strasbourg, le Pr Benoît Jaulhac dresse un panorama des dernières connaissances et rappelle les recommandations concernant la borréliose de Lyme transmise par les tiques, une infection très médiatisée.
Le taux d’infection des tiques par les différentes espèces de Borrelia en Europe varie entre 1 % et 30 %, la moyenne étant de 10 % en France. Seules certaines espèces de bactéries de genre Borrelia sont impliquées dans les borrélioses humaines, particulièrement B. afzelii, B. burgdorferi sensu stricto et B. garinii en France. « Dans la majorité des cas, l’infection n’est pas transmise de la tique à l’homme. Dans 3 % à 15 % des cas de piqûres de tique infectée, la borréliose va se déclarer et dans 9 % à 25 %, il y a une simple séroconversion et l’infection avorte ».

En l’absence de mise en place d’un traitement antibiotique, seuls 10 % des phases précoces localisées (érythème migrant ou EM), vont évoluer vers une phase précoce disséminée, avec des atteintes neurologiques, articulaires, cutanées, parfois cardiaques ou oculaires, puis éventuellement, en l’absence de traitement, vers une phase tardive après six mois, caractérisée par une acrodermatite chronique atrophiante (ACA) ou différentes autres pathologies chroniques. L’incidence de la maladie a été de 69/100 000 en France, en 2017, soit 45 000 cas, un nombre en légère diminution
après un pic en 2016. Cette incidence n’est pas très différente de celle de l’Allemagne, contrairement à ce qui est parfois entendu. Sur 9 « länders » entre 2013 et 2017, elle a été de 26 à 41 cas/100 000 habitants. Dans les deux pays, les érythèmes migrants sont largement majoritaires (plus de 95 % des cas) par rapport aux formes disséminées. En revanche, il convient de noter de fortes variations régionales dans les deux pays. L’incidence peut ainsi monterà 300/100 000 en Alsace ou dans le Limousin.
 

Pour lire l'intégralité de cet article issu de Biologiste Infos n°99, abonnez-vous ici ou connectez-vous à votre espace

 

Noëlle GUILLON

Informations produits

Le panel Biofire Joint Infection (JI) obtient l'autorisation De Novo de la FDA
Le panel Biofire Joint Infection (JI) obtient l'autorisation De Novo de la FDA

bioMérieux

©Rasi Bhadramani-istock

La société bioMérieux annonce l’obtention de l'autorisation De Novo de la Food and Drug Administration (FDA) pour son panel Biofire Joint Infection (JI), qui cible 31 causes courantes d'infections articulaires et 8 gènes d'antibiorésistance à partir de liquide synovial.

Synlab France enrichit son offre de services diagnostiques
Synlab France enrichit son offre de services diagnostiques

Synlab France et Luxia scientific

©wildpixel-istock

Synlab France s’associe avec la société de biotechnologie LUXIA Scientific, pour proposer une nouvelle offre de diagnostic du microbiote intestinal.

Identifier les patients présentant un risque de Covid-19 aux urgences
Identifier les patients présentant un risque de Covid-19 aux urgences

Beckman Coulter

©Beckman Coulter

Beckman Coulter annonce l’obtention du marquage CE pour son application MDW-SARS CoV-2, aide à l’identification des patients potentiellement infectés par le SARS-CoV-2 lors de leur accueil dans les services d’urgence.

Stratégie

La dynamique Ségur : encore du chemin à parcourir
22 Avr 2022 10:17La dynamique Ségur : encore du chemin à parcourir

Repères

Depuis fin 2021, la vague 1 du Ségur du numérique en santé se déploie pour les laboratoires de biologie médicale. Le point sur les avancées début 2022.

SPFPL : la boîte à outils n'est pas que fiscale
21 Avr 2022 10:39SPFPL : la boîte à outils n'est pas que fiscale

Législation

Getty Images/iStockphoto - Sakorn Sukkasemsakorn

L'intérêt de constituer une SPFPL réside, pour une très grande part, dans ce qu'il est convenu d'appeler « l'effet de levier fiscal ». Mais d'autres utilisations peuvent être envisagées, dans l'optique d'optimiser le développement des laboratoires.

SPFPL : Une espérance de vie limitée en biologie médicale
19 Avr 2022 10:33SPFPL : Une espérance de vie limitée en biologie médicale

Finances

Getty Images/iStockphoto - AndreyPopov

L'usage d'une SPFPL est courant dans la santé pour l'acquisition de parts de SEL. Mais le mouvement de concentration toujours croissant remet en cause la pérennité de ce système de financement.

Expertises

Organisation des urgences : quelle place pour la biologie ?
25 Mai 2022 14:43Organisation des urgences : quelle place pour la biologie ?

Aux urgences, quels outils pour faire face?

©Richard Villalonundefined undefined-istock

Constitué du pré-hospitalier et du service des urgences proprement dit, le système des urgences en France doit relever le défi d'une prise en charge de masse dans un contexte de manque de moyens humains. Les outils biologiques y jouent un rôle majeur d'orientation, au service des patients et des urgentistes.

Maladie de Kawasaki ou PIMS post-Covid ?
26 Avr 2022 11:54Maladie de Kawasaki ou PIMS post-Covid ?

Cas clinique

©Sebastian Gorczowski-istock

Un garçon de 7 ans présente des symptômes évoquant la maladie de Kawasaki. Le bilan biologique révèle qu'il s'agit d'un syndrome inflammatoire multisystémique post-Covid (PIMS).

Sérologie de la toxoplasmose : actualisation de la nomenclature
15 Avr 2022 10:56Sérologie de la toxoplasmose : actualisation de la nomenclature

Dans votre pratique

Getty Images/iStockphoto - Richard Villalonundefined undefi

Discordance du statut sérologique en fonction du réactif utilisé, signification de la présence des IgM et interprétation de l'avidité sont autant de difficultés auxquelles sont confrontés les biologistes lors du diagnostic sérologique de la toxoplasmose chez la femme enceinte. Des évolutions récentes de la nomenclature contribuent à les résoudre.

 [ ... ]