Taux de participation au programme national de dépistage du cancer du sein en 2012

Cancer du sein

Biologiste infos
alt

PARIS, 8 avril 2013 – L’Institut de veille sanitaire (InVS) a publié les résultats de la participation au dépistage organisé du cancer du sein en 2012. Après une constante augmentation les premières années, la participation au dépistage semble s’être stabilisée, fluctuant entre 52 % et 53 % depuis 2008. Inégale entre régions, elle demeure globalement insuffisante : l’objectif européen est un taux de participation de 70 %.

Le cancer du sein est la principale cause de mortalité par cancer chez les femmes, responsable de près de 11 000 décès annuels. La mortalité semble cependant décroître depuis 2000, ce qui s’explique au moins en partie par l’amélioration des thérapeutiques et par un diagnostic plus précoce lié au développement du dépistage en France.

Le programme national de dépistage organisé du cancer du sein, initié par la Direction générale de la santé (DGS), a été généralisé à tout le territoire début 2004. Dans le cadre de ce programme, les femmes de 50 à 74 ans sont invitées à bénéficier tous les deux ans d’une mammographie qui comprend un examen clinique réalisé par le médecin radiologue et deux clichés par sein (plus un cliché complémentaire si nécessaire), ainsi qu’une 2e lecture systématique en cas d’examen normal, ce qui n’est pas le cas lors d’un dépistage individuel.

En 2012, 52,7 % de la population cible a participé au dépistage. Pour les femmes de 65 à 69 ans, le taux de participation a augmenté depuis 2010. En revanche, la participation la plus faible est celle des plus de 69 ans, alors que l’incidence du cancer du sein est particulièrement élevée à cet âge.

Le taux de participation au dépistage est très inégal selon les régions : supérieur à 60 % en Bretagne, dans le Limousin et dans la région Centre, inférieur à 45 % en Corse ou en région PACA. C’est à Paris qu’il est le plus faible avec 27,2 %.

Parallèlement à cette campagne, au moins 10 % des femmes de 50 à 74 ans effectuent un dépistage de leur propre chef sur les conseils de leur médecin. Le taux de dépistage global est donc d’environ 65 %.

Source : InVS

Camille Aulas

Crédit photo : © pfala-Flickr