Les biologistes suspendent leur participation au Ségur du numérique

Profession

©Maximkostenko-istock

Alors que le 49.3 a été déclenché sur le PLFSS 2023 jeudi soir, la profession a décidé de suspendre sa participation au Ségur du numérique jusqu’à nouvel ordre.

L’article 27 du PLFSS 2023 prévoit de diminuer l’enveloppe de la biologie médicale de 250 millions d’euros par an sur les actes courants jusqu’en 2026. L’Alliance de la Biologie Médicale (ABM) représente l’union de la profession face à cette mesure drastique afin d’établir un dialogue avec le gouvernement et proposer des solutions alternatives sous forme d’amendements telles qu’une baisse temporaire du B de 1 centime sur l’année 2023 et la non-application de la majoration des rémunérations des actes de dépistage Covid sur une période définie. « L’objectif étant que ces baisses soient exceptionnelles et transitoires » précise Alain le Meur, président de l’APBM.

La première ministre, Elisabeth Borne a annoncé jeudi 20 au soir l’engagement l’article 49.3 de la constitution pour faire adopter le PLFSS 2023, « ce qui fige le texte à l’Assemblée nationale » décrypte François Blanchecotte, président du SDB. Faute de dialogue avec le gouvernement, l’ABM annonce le 21 octobre « que les biologistes médicaux suspendent leur participation au Ségur numérique jusqu’à nouvel ordre ». Cette décision « aura pour conséquence de bloquer la validation des logiciels référencés par l’Agence du Numérique en Santé pour la gestion des données de biologie médicale, ainsi que l’alimentation par les biologistes des dossiers médicaux dans « Mon Espace Santé » » explique l’ABM. « Si le gouvernement n’entend pas nos alertes, nous serons contraints de suspendre notre participation à de nombreux chantiers innovants comme celui-ci, de fermer des sites en proximité et de réduire nos investissements. Nous sommes prêts à imposer un rapport de force dans les jours qui viennent pour ramener les autorités à la raison » précise Alain Le Meur, au nom de l’ABM. « En fonction de l’issue des prochains échanges avec le gouvernement, d’autres actions pourraient ainsi être mises en place dès la fin de la semaine prochaine » précise François Blanchecotte.

N.B-S.