Diagnostic pré-implantatoire : faut-il étendre ses indications ?

Point de vue

Getty Images/iStockphoto - Rasi Bhadramani

Le diagnostic préimplantatoire ou DPI n'est autorisé en France que pour éviter la transmission de maladies rares et incurables à un embryon. Pourtant, cette pratique pourrait également être utilisée pour analyser le statut chromosomique et ainsi éviter les échecs d'implantation lors d'une fécondation in vitro (FIV). Une perte de chance pour les couples français par rapport à nos voisins européens ?

Retrouvez le PDF issu de Biologiste Infos n°117 ici

Nadia Bastide-Sibille