Réduire la consommation d’antibiotique de ville de 25% d’ici à 2025

Antibiorésistance

Promouvoir le bon usage des antibiotiques, prévenir et contrôler les infections sont les deux piliers de la Stratégie nationale 2022-2025 de Prévention des Infections et de l’Antibiorésistance présentée par le ministère des Solidarités et de la Santé le 7 février 2022.

Cette stratégie en santé humaine s’inscrit dans la continuité de la feuille de route interministérielle 2016 pour la maîtrise de l’antibiorésistance et du programme national d’actions pour la prévention des infections associées aux soins (PROPIAS) de 2015. Elle se décline en 9 axes et 42 actions issus des propositions d’un comité composé de plus de 100 membres, avec deux groupes de travail coordonnés par la société française d’hygiène hospitalière (SF2H) et le conseil national professionnel de maladies infectieuses et tropicales (CNP MIT). Les trois objectifs majeurs de ces actions sont de prévenir les infections courantes grâce à des gestes du quotidien et à la vaccination, de réduire le risque d’infections associés aux soins (et notamment le risque d’infections nosocomiales), et de préserver l’efficacité des antibiotiques.  « Nous nous fixons des objectifs ambitieux à l’horizon 2025, à commencer par la réduction de la consommation d’antibiotiques en ville en France de 25 % par rapport à 2019, leur dispensation à l’unité ou encore l’intensification drastique de l’hygiène des mains. Je suis convaincu que tous ensemble, nous pouvons arriver à atteindre ces objectifs » déclare Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. Pour rappel, en 2019 la France était le quatrième pays d’Europe qui consommait le plus d’antibiotique. Cette stratégie concerne les citoyens, d’une part, avec l’intensification de campagnes de sensibilisation et le développement d’outils d’information tels qu’Antibio’Malin ou d’outils pédagogiques à l’instar d’e-bug. Elle s’adresse d’autre part aux professionnels de santé, et prévoit notamment de renforcer la formation professionnelle initiale et continue, et de promouvoir des outils aidant à la juste prescription tels que le site Antibioclic, les antibiogrammes ciblés ou les tests rapides d’orientation diagnostique de l’angine. Cette stratégie s’appuie sur un maillage territorial reposant en particulier sur les Centres d’appui pour la prévention des infections associées aux soins et les Centres régionaux en antibiothérapie, pilotés par les agences régionales de santé.

Stratégie nationale 2022-2025 de Prévention des Infections et de l’Antibiorésistance

N.B-S