Une reconnaissance du travail de la profession

JIB 2021

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, lors des JIB 2021. ©DR

Alors que la cinquième vague est bien présente et que le variant omicron fait son apparition, les Journées de l’Innovation en Biologie (JIB) les 1er et 2 décembre 2021 ont été émaillées de moment politiques forts avec en particulier la présence d’Olivier Véran, venu en personne saluer le travail et l’engagement de la profession depuis le début de la crise sanitaire.

« Votre adaptabilité, réactivité, montée en puissance depuis le début de la crise force le respect » salue Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, lors des JIB 2021. « Je souhaite transmettre mes remerciements à toutes les équipes qui travaillent avec vous » ajoute-t-il. « Vous avez toujours répondu présent. L’objectif est maintenant de mettre l’accent sur le séquençage pour atteindre 15 000 séquençages par semaine » projette-t-il. Et de fait « tout cela n’est malheureusement pas terminé, et je ne sais pas du tout ce que nous réserve Omicron. Mais j’espère que l’année prochaine vous célébrerez la fin des tests avec mon successeur » projette Olivier Véran.

Les LBM toujours en première ligne

En attendant, l’adaptation est toujours de mise avec l’arrivée du variant omicron en pleine cinquième vague de variant delta. Lors de la séance inaugurale du congrès étaient présents le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique Covid-19 et le professeur Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, qui ont fait un point sur la situation actuelle. « Le niveau de contamination est très élevé, avec beaucoup de personnes vaccinées et infectées. La troisième dose de vaccin devrait nous mettre dans un modèle à l’anglaise, avec beaucoup de contaminations et peu d’hospitalisations. De plus, le variant omicron mettra sans doute un peu de temps à s’imposer par rapport au variant delta, ce qui nous laisse un peu de temps pour s’adapter » détaille le professeur Delfraissy.  « Le rappel est indispensable, l’immunité diminuant avec le temps » insiste Alain Fischer, qui rappelle que 10% des français ne sont pas encore vaccinés, dont certains sont vulnérables. Par ailleurs, l’arrivée de nouveau antiviraux, qui doivent impérativement être administrés très précocement renforce d’autant plus le rôle des LBM et des pharmaciens dans l’orientation des sujets à risques.

Franchir un nouveau cap

La présence du ministre des Solidarités et de la Santé a été l’occasion pour François Blanchecotte, président du Syndicat des biologistes (SDB) de mettre en avant deux demandes fortes pour la profession. « Nous ne sommes toujours pas inscrits dans le chapitre IV du Code de la santé publique en tant que profession de santé, et sommes donc systématiquement oubliés dans les textes réglementaires. Il est donc temps que nous soyons inscrits au bon endroit et reconnus comme profession à part entière » affirme le président du SDB. Le second point concerne l’accord triennal à venir, pour lequel les négociations auront lieu courant 2022. « Une remise à plat de notre convention qui date de 1994 s’impose. Elle ne correspond plus du tout à notre périmètre d’action ni à nos missions. De plus, de nombreux sujets doivent être intégrés à la réflexion globale tels que l’intégration de la biologie moléculaire, de la génomique, des data, de la biologie non programmée, des enjeux de transport ou encore environnementaux … » présente le Dr Blanchecotte. Le but ? « Faire franchir à la profession une nouvelle étape et renforcer son attractivité pour les générations à venir ».

N.B.S.