Une signature biologique du syndrome métabolique

Recherche

©blueshot-istock

Un dérèglement de 26 métabolites associé au syndrome métabolique a été récemment identifié par des chercheurs de l’INRAE, en collaboration avec le CEA, l’Université de Montréal et l’Université McGill.

Le syndrome métabolique, caractérisé par la présence d’au moins trois anomalies parmi un tour de taille élevé, une hyperglycémie, une hypertriglycéridémie, une tension artérielle élevée ou un taux bas de HDL-cholestérol, touche 20% de la population en France mais reste difficile à diagnostiquer. Afin d’identifier une signature biologique de ce syndrome, des chercheurs de l’INRAE en collaboration avec le CEA, l’Université de Montréal et l’Université McGill, ont analysé des échantillons sanguins de 123 hommes âgés (68 à 82 ans) issus de la cohorte québécoise NuAge, à 3 ans d’intervalle. Cette analyse de grande ampleur leur a permis d’identifier une signature singulière de 26 métabolites. Des travaux complémentaires sont en cours pour établir une procédure simplifiée permettant d’intégrer cette approche en routine et ainsi ouvrir la porte à de nouveaux outils de diagnostics et prévenir les complications (AVC, problèmes cardiovasculaires ou diabète de type 2) de ce syndrome.

B. Comte et al., Multiplatform metabolomics for an integrative exploration of metabolic syndrome in older men, EBioMedicine, Volume 69, 2021, 103440, ISSN 2352-3964

NBS