Séquencer pour identifier les variants

Covid-19

©feellife-istock

Un arrêté publié au Journal Officiel le dimanche 20 juin fixe le tarif et les conditions de réalisations des séquençages par les laboratoires de biologie médicale.

« Considérant que la mesure de la diffusion des différents variants sur le territoire national est nécessaire à la lutte contre l'épidémie ; qu'il convient, à cette fin, de prévoir la réalisation, par les laboratoires de biologie médicale, des actes nécessaires à l'identification de ces variants et la tarification de ces actes », l‘arrêté du 20 juin vient modifier l'arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire. Le texte indique qu’un « acte de criblage donnant un résultat positif sur une ou plusieurs des mutations recherchées selon la stratégie définie par les autorités sanitaires au vu de la situation épidémiologique » doit faire l’objet « sauf instruction contraire des autorités sanitaires locales » soit d’un acte de séquençage, soit d’un envoi au centre national de référence. Dans le premier cas, la rémunération est fixée à B500, avec le code acte 9007. Dans le second cas, elle est fixée à B18 avec le code acte 9008. Ces tarifs sont applicables depuis le 21 juin.

Les laboratoires réalisant les séquençages « doivent répondre au cahier des charges défini par l'Agence nationale de santé publique, le Centre national de référence des virus des infections respiratoires (dont la grippe) et l'Institut français de bioinformatique, mis en ligne sur le site de l'Agence nationale de santé publique ». De plus, « les laboratoires de biologie médicale réalisant la phase analytique de l'acte de séquençage complet doivent être préalablement accrédités ou en cours de procédure d'accréditation pour le séquençage à haut débit par technologie NGS ».

« Il était très important pour la santé publique comme pour l’avenir de la biologie médicale privée que cette technique soit officiellement ouverte à tous. Séquencer toutes les souches positives est pour nous le seul moyen d’identifier rapidement les nouveaux variants arrivant sur le territoire » se réjouit le Dr François Blanchecotte, président du SDB (Syndicat des biologistes).

NBS