Si-Dep : correction de l’effet doublon

Covid-19

©draganab-istock

L’algorithme d’anonymisation des résultats de tests de dépistage Covid-19 avant intégration dans la plateforme Si-Dep a récemment été mis à jour afin d’éviter les doublons pour des indicateurs épidémiologiques plus précis.

Avec l’apparition des variants et le suivi renforcé que cela implique, de plus en plus de patients se font tester plusieurs fois dans un intervalle de temps court. Chaque résultat de test est intégré dans la plateforme sécurisée Si-Dep (Système d’Informations de Dépistage), associé à un pseudonyme anonymisé afin de garantir la protection des données personnelles. Cet algorithme a récemment été mis à jour, et ne décompte plus à présent (depuis le 20 mai) qu’un seul patient lorsque celui-ci se fait tester plusieurs fois dans un intervalle de temps court, ce qui permet l’élimination des doublons.

Une baisse de 12% du taux d’incidence

Les indicateurs épidémiologiques produits par Santé publique France à partir de cette base de donnée anonymisée ont été recalculés sur la France entière sur un historique de trois mois « qui correspond d’une part à la durée de conservation des données nominatives et d’autre part à la montée en charge de la détection des variants » témoigne Santé Publique France. La fiabilité et la robustesse de ces nouveaux indicateurs a été vérifiée avant publication en open data. Ce travail a mobilisé tous les acteurs qui contribuent au fonctionnement de Si-Dep : la Direction générale de la Santé, Santé publique France, la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), les Agences régionales de santé (ARS), l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Assurance Maladie. « L’écart entre les indicateurs nouvelle et ancienne méthode est de 12% pour le taux d’incidence et de 8% pour le taux de positivité. Cet écart ne modifie pas l’appréciation de la dynamique de l’épidémie, ces évolutions permettant au système SI-DEP de produire des données plus précises et de renforcer son efficacité » analyse Santé Publique France.

N.B.S.