Prédire les mutations à l’origine des épidémies

Epidémiologie

Biologiste infos
Crédit photo : ©

En prenant pour modèle l’épidémie de Chikungunya de 2005-2006, des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de l’Institut Pasteur du Cambodge sont parvenus à mettre au point une méthode capable de prédire les mutations virales les plus susceptibles d’émerger à court terme, présentant un fort potentiel épidémique. Ces résultats sont publiés dans la revue Cell Host & Microbe le 11 juin 2014.

Les mécanismes moléculaires de réplication et de multiplication des virus à ARN génèrent parfois des erreurs – ou mutations – dans leur code génétique, aboutissant à la production de virus légèrement différents les uns des autres. Certaines d’entre elles confèrent au virus, qui en est porteur, un avantage sélectif, favorisant par exemple sa multiplication.

Des chercheurs de l’unité de Marco Vignuzzi (Institut Pasteur/CNRS) sont parvenus à développer une méthode capable de prédire, dans une population d’arbovirus, de dengue, de chikungunya ou de fièvre jaune, les mutations à fort potentiel épidémique les plus susceptibles d’émerger.

Les scientifiques ont dans un premier temps mis au point et vérifié la validité de leur démarche en s’appuyant sur le cas réel de l’épidémie de Chikungunya de 2005-2006 dans l’Océan Indien. Ils ont pour cela infecté, avec la souche sauvage pré-épidémique d’origine, les deux espèces de moustiques capables de transmettre le virus : Aedes aegypti, le vecteur traditionnel, et Aedes albopictus, le moustique tigre. Ils ont ensuite laissé le virus se développer sur une longue période (14 jours), correspondant à plusieurs cycles de réplication, puis procédé à un séquençage à haut débit du génome des virus prélevés dans différents sites dont la salive de chaque insecte infecté. Les résultats ont révélé l’apparition, de manière majoritaire dans la salive, de la même mutation dans la protéine d’enveloppe E1 (A226V) qui en 2005 a été à l’origine de la souche épidémique.

Les scientifiques ont ensuite appliqué leur méthode pour simuler les événements naturels possibles lors d’une prochaine épidémie de Chikungunya. Ils ont ainsi infecté une première génération de moustiques avec la souche épidémique mutée apparue en 2005-2006, puis effectué en laboratoire un cycle de transmission complet (moustique I – souris – moustique II). À l’issue de cette phase d’infection, deux mutations dans la protéine d’enveloppe E1 (V80I et A129V) sont apparues dans la salive des moustiques I, restant encore minoritaires par rapport à la souche de départ. Mais après le passage chez l’hôte mammifère et les moustiques II, les souches virales qui en étaient porteuses ont supplanté toutes les autres, y compris la souche épidémique, pointant ainsi, après seulement un cycle de transmission, le fort potentiel émergent de ces nouvelles souches mutées. Les analyses in vitro suggèrent que les avantages sélectifs de ces deux mutations pourraient être liés à une capacité accrue du virus à fusionner avec les membranes de cellules cibles de l’infection et une meilleure stabilité thermique dans les milieux extracellulaires comme la salive ou le sang des mammifères.

Outre la mise en évidence de ces deux mutations probables du virus Chikungunya, les travaux des chercheurs fournissent aujourd’hui un outil permettant d’identifier plus en amont les mutations au potentiel épidémique important, pour les arbovirus comme pour d’autres virus, et notamment les virus à transmission vectorielle. Cette découverte offre donc désormais la possibilité de cibler et d’améliorer la surveillance de ces populations virales, en routine et au cours d’épisodes épidémiques. Elle constitue également un atout précieux pour la mise au point de vaccins et la lutte contre ces virus.

D'après Emergence and Transmission of Arbovirus Evolutionary Intermediates with Epidemic Potential, Cell Host & Microbe, 11 juin 2014

La rédaction