La démarche RSE appliquée aux laboratoires de biologie médicale

Point de vue

ipopba-iStockphoto

La démarche RSE (responsabilité sociale et sociétale des entreprises) consiste à mettre en œuvre le concept de développement durable dans une entreprise. Quels en sont les étapes et les freins dans les laboratoires en 2020 ?

Réduire les impacts environnementaux, les conséquences sur la santé humaine, créer du lien social et optimiser les dépenses de santé. Voici la liste non exhaustive des résultats attendus d’une démarche RSE, selon Olivier Toma, fondateur de l’agence RSE Primum Non Nocere, spécialiste du développement durable dans le secteur de la santé à Béziers. « Très peu de laboratoires s’y sont investis à l’heure actuelle », constate Olivier Toma lors des JIB 2019. Le Dr Isabelle Prola, biologiste médical, LaboSud-Provence groupe Inovie à Marseille, partage ce sentiment : « nous nous sommes engagés dans cette démarche il y a un an. Mais pour le moment, nous n’avons pas identifié d’autres laboratoires privés avec qui échanger sur nos retours d’expérience. En revanche, certains laboratoires hospitaliers y réfléchissent sérieusement ». Pourtant, « quand on sait que le coût de traitement des déchets va être multiplié par quatre en 2023, il y a urgence à anticiper dès à présent, car le processus de mise en place de la démarche est long », déclare Olivier Toma. « On assiste à une prise de conscience progressive sur le terrain. Aujourd’hui, nous sommes face à un véritable tournant : les entreprises se demandent comment mettre en place cette démarche, et non plus pourquoi la mettre en place. Malheureusement, la plupart du temps l’un des points de blocages majeurs se trouve au niveau des décisions politiques », détaille-t-il.

Retrouvez le PDF issu de Biologiste Infos numéro 106 ici

Nadia Bastide-Sibille