Les marqueurs biologiques d'une atteinte tubulaire rénale

Techniques

DR

Le point sur deux grands types de marqueurs biologiques d’une atteinte tubulaire rénale : la protéinurie tubulaire et les marqueurs émergents d’insuffisance rénale aiguë et de maladies rénales chroniques.

La protéinurie est un marqueur clé d’une atteinte rénale. « Toutes les pathologies rénales chroniques affectent tôt ou tard les tubules. L’atrophie des tubules qui en résulte aboutit à une protéinurie d’origine tubulaire », décrit le Dr Nicolas Pallet, service de Biochimie de l’Hôpital européen Georges Pompidou, lors des Journées de biologie clinique Necker-Pasteur en janvier 2020, à Paris.
La production d’urine se fait en plusieurs étapes : la production d’un ultrafiltrat au niveau des glomérules, qui filtrent les protéines de plus de 70 kDa environ, dont l’albumine, puis la réabsorption tubulaire. La partie distale du tubule a une fonction de réabsorption régulée (par l’aldostérone ou l’hormone antidiurétique par exemple) alors que la partie tubulaire proximale effectue une réabsorption « en masse », c’est-à-dire quantitativement considérable, mais peu régulée. Le tubule proximal réabsorbe les protéines de petit poids moléculaire. « La présence de protéines de petit poids moléculaire dans les urines serait donc le marqueur d’une atteinte tubulaire et la présence de protéines de haut poids moléculaire dans les urines d’une atteinte glomérulaire. Mais ce concept est actuellement remis en question. La discrimination n’est pas si nette », précise le Dr Pallet.

Le poids du ratio albumine sur protéines totales


La filtration dans le tube contourné proximal se fait par voie d’endocytose via deux récepteurs, la cubuline et la mégaline, qui peuvent fixer de nombreux substrats dont les protéines de petit poids moléculaire, mais aussi la vitamine B12, ou l’albumine. « Ici se pose la question d’un changement de paradigme : est-ce que ces récepteurs auraient également un rôle dans la réabsorption de protéines de haut poids moléculaire ? », interroge le Dr Pallet.
 

Retrouvez l'intégralité de cet article issu de Biologiste Infos n°104 ici