Repenser le fonctionnement du laboratoire grâce au contrôle total du processus

Sponsorisé par Beckman Coulter

©Beckman Coulter

Pour augmenter la qualité du service médical rendu aux patients tout en réduisant les coûts

Qu’est-ce que le contrôle total du processus ?

Votre processus de laboratoire est-il stable ? Est-il toujours prévisible malgré les urgences ? Votre TAT reste-t-il constant, de jour comme de nuit ? Le contrôle total du Processus, ce sont les actions permettant de garantir que le processus est prévisible, stable et en fonctionnement constant à un niveau cible de performance, avec seulement des variations normales.

Dans la plupart des laboratoires, les processus manquent parfois de stabilité. Il s’agit là d’une des difficultés majeures rencontrées par n’importe quel laboratoire dans le monde actuellement. Les laboratoires font face aujourd’hui à quatre défis : trop d’erreurs de tests lors de la phase pré-analytique, une absence de standardisation sur tous les réseaux, des délais d’exécution non-constants qui peuvent nuire à la qualité des soins, et une pénurie de personnels qualifiés. Alors que 70% des décisions diagnostiques dépendent des résultats des laboratoires, seul 3% du budget de l’hôpital y est généralement alloué. Un enjeu apparait alors : améliorer le service médical rendu aux patients tout en réduisant les coûts.
Pour cela il n’existe qu’une seule voie : le contrôle total du processus. Il s’agit de supprimer les aléas en redéfinissant la façon de penser et l’attitude du laboratoire vis-à-vis de la gestion du flux d’activité. Les défis d’aujourd’hui nécessitent une nouvelle façon de penser. L’automatisation est-elle la solution ?

©Beckman Coulter
©Beckman Coulter

L’automatisation est aujourd’hui souvent perçue comme la réponse à toutes les problématiques d’un laboratoire. Mais nous devons d’abord être en mesure de contrôler et de comprendre le processus du laboratoire, pour voir à quel endroit nos solutions peuvent aider dans l’amélioration de ce processus. L’automatisation n’est pas l’objectif à atteindre, mais l’outil pour atteindre cet objectif. L’automatisation devient alors puissante si elle est combinée à un processus déjà efficient et imaginé dans une logique d’amélioration continue.
Parce qu’il a été pensé dans cette démarche, le DxA 5000 Fit est une solution d’automatisation permettant d’obtenir un processus prévisible, stable, avec un TAT constant malgré les pics d’activités et les urgences.

Faible encombrement. Productivité élevée

Le DxA 5000 Fit, est une solution compacte d’automatisation du flux de travail qui convient parfaitement aux laboratoires de volume moyen, permettant de rendre accessible l’automatisation à tous les laboratoires. Cette solution permet aux laboratoires traitant 200 à 700 dossiers patients par jour de bénéficier des mêmes avantages en matière d’automatisation que les laboratoires à gros volume, avec des améliorations exponentielles en termes d’efficacité, d’organisation, de standardisation, de qualité et de sécurité. Il s’agit d’un concept totalement nouveau pour les laboratoires de taille intermédiaire permettant de connecter toutes les étapes péri-analytiques aux étapes analytiques sans nécessité d’intervention d’un opérateur.
Le DxA 5000 Fit gère à la fois le pré-analytique et le convoyage des tubes vers les systèmes analytiques du plateau technique, pour un flux entièrement contrôlé, il présente un point d’entrée unique pour tous les échantillons, qu’ils soient de routine ou d’urgences, et de différentes natures : sérum, plasma, sang total, ou urine.
Le contrôle total du processus se joue donc dès le pré-analytique, ainsi toutes les étapes répétitives et à risques sont intégrées dès la prise en charge du tube au point d’entrée : acquittement de l’échantillon, vérification de la prescription, validation de la nature de l’échantillon, niveau de remplissage, statut de centrifugation, poids de l’échantillon, etc.
Le gestionnaire de flux intelligent permet ensuite le convoyage des échantillons vers les différents analyseurs de chimie clinique, d’immuno-analyse, d’hématologie et d’hémostase. Il simplifie et standardise ainsi le flux du plateau à l’aide du logiciel métier Remisol Advance. Ce dernier fonctionne comme un GPS et optimise en temps réel les trajets de chaque tube en fonction de la disponibilité et de l’état des analyseurs connectés, tout en maintenant la priorité aux échantillons urgents.
Le résultat est donc un TAT maitrisé et constant, sans goulot d’étranglement du flux. Intégrer un DxA 5000 Fit sur son plateau permet une réduction de 80% des étapes manuelles dans le processus de traitement des échantillons.

Retour d’expérience au Centre Hospitalier de Calais


Le docteur Hervé Vermeulen, chef de service au centre hospitalier de Calais (GHT Côte d’Opale) témoigne de l’apport du DxA 5000 Fit installé en mai 2021 sur son plateau, en décrivant un réel changement : « Jusqu’à présent pour l’analytique, il fallait manuellement charger les automates d’immuno-analyse DxI et de chimie clinique DxC en fonction de l’activité, mais aussi de la perception que l’on pouvait avoir du volume de chargement. La gestion du flux était donc dépendante de l’humain et de la connaissance de la machine par le technicien. À présent, c’est la chaîne qui gère le flux, puisqu’elle évalue en amont le taux d’occupation des automates, gère les alertes et la centrifugation, et sait détecter les tubes urgents et surtout les repasses se font automatiquement. Nous améliorons donc la gestion du flux et le délai de rendu des résultats aux patients ». C’est un exemple de contrôle total du processus grâce à une meilleure gestion des flux sur le plateau technique.
Il s’agit également d’un réel avantage pour le personnel : « Nos équipes nous rapportent déjà un plus grand confort de travail en période d’astreinte, du fait d’avoir automatisé une partie du pré-analytique. Plus le laboratoire sera automatisé, meilleur sera le confort de travail des techniciens. Quand un laboratoire s’équipe en technologie, il augmente son panel d’analyse et d’outils, le temps gagné avec la chaîne est redistribué sur d’autres activités ». C’est donc la porte d’entrée pour le développement de nouveaux projets pour le laboratoire, toujours pour augmenter la qualité des services apportés aux patients, tout en réduisant les coûts.