La médaille Louis Pasteur 2014 pour la compréhension des génomes bactériens et de leur métabolisme

Récompense

Biologiste infos
Crédit photo : Génopole

Claudine Médigue, responsable du LABGeM (laboratoire CNRS/CEA/UEVE labellisé Genopole) de l’Institut de génomique du CEA, a reçu la médaille Louis Pasteur décernée par l’Académie des sciences lors de la séance solennelle du mardi 25 novembre.

Claudine Médigue, directrice de recherche CNRS, dirige le laboratoire d’analyses bio-informatiques pour la génomique et le métabolisme (LABGeM) de l’Institut de génomique du CEA, et orchestre, avec David Vallenet (chercheur CEA au LABGeM), les évolutions et le service d’une plate-forme bio-informatique appelée MicroScope. Les recherches du laboratoire portent sur le développement de nouvelles méthodes d’annotation et d’analyse des génomes et du métabolisme de microorganismes, et sur la recherche de nouvelles activités enzymatiques chez les bactéries. Cette plate-forme intégrative d’outils et de données facilement accessibles aux chercheurs n’a pas d’équivalent en France ni en Europe.

Le grand enjeu du travail de Claudine Médigue et de son équipe est la connaissance du métabolisme des bactéries, c’est-à-dire les réactions chimiques qui leur permettent de vivre et de se multiplier. « Un pan gigantesque de ce métabolisme est encore inconnu » souligne Claudine Médigue, qui révèle que « chez les bactéries que nous étudions, entre 20 et 50 % des gènes ont une fonction biologique ignorée aujourd’hui ». La découverte de nouvelles fonctions et activités enzymatiques bactériennes ouvrira la voie à de nombreuses applications comme le développement de procédés biologiques de production industrielle ou le traitement des polluants par bioremédiation. Elle contribuera aussi à des progrès médicaux, grâce notamment à une meilleure connaissance des bactéries pathogènes de l’homme, mais aussi à une nouvelle compréhension des bactéries avec lesquelles nous vivons, comme celles de notre microbiote intestinal, dont l’impact sur notre santé est désormais prouvé.

D'après un communiqué du Génopole

La rédaction