Des virus bactériophages pour lutter contre les bactéries

Recherche

Biologiste infos
super virus
Crédit photo : © Alex Betts

Les chercheurs de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (Isem) développent une méthode pour lutter contre les bactéries grâce à des virus bactériophages. Une alternative aux antibiotiques pleine de promesses.

Article provenant de l'"UM2, le magazine universitaire au coeur de science".

Depuis la découverte des propriétés antibactériennes de la pénicilline par Alexander Fleming en 1928, les antibiotiques sont l’arme la plus utilisée contre les bactéries. Une arme de destruction massive qui atteint pourtant ses limites :
au fi l des mutations génétiques, les bactéries deviennent insensibles à ces médicaments et les cas de résistance aux antibiotiques augmentent, notamment dans le milieu hospitalier. Comment continuer à se battre contre ces agents infectieux ? En développant de nouvelles armes. C’est ce à quoi oeuvrent Michael Hochberg et Oliver Kaltz, chercheurs à l’ISEM. Leur nouvel arsenal : les virus bactériophages, ennemis naturels des bactéries. Ils se fi xent sur l’enveloppe externe de la bactérie, vont percer sa paroi cellulaire et injecter leur matériel génétique. Ils vont ensuite se reproduire à l’intérieur de leur hôte provoquant sa mort.

Un parcours du combattant

La phagothérapie est très employée dans les pays de l’Est comme la Russie et surtout la Géorgie. Elle a été tolérée et largement employée en Europe et aux Etats-Unis dans les années 1940, mais est interdite depuis l’utilisation massive des antibiotiques. Pas de statut de médicament, pas d’autorisation de mise sur le marché, pas de possibilité de breveter cette technique qui utilise le vivant, les obstacles législatifs sont nombreux.

Pourtant face à l’augmentation de la résistance aux antibiotiques et à l’absence d’autres traitements effi caces, les pouvoirs publics commencent à s’intéresser de près à la phagothérapie : dans un rapport offi ciel, le Centre d’analyse stratégique, une institution française d'expertise et d'aide à la décision dépendant des services du premier ministre, propose d’étudier l’intérêt thérapeutique de la phagothérapie. Une nouvelle voie vers une nouvelle médecine venue du passé.

Une idée qui n’est en fait pas nouvelle : la phagothérapie a vu le jour en 1919 dans les tubes à essai d’un biologiste francocanadien, Felix d’Herelle. Mais la plupart des pays ont abandonné les phages au profi t des antibiotiques. Aujourd’hui cette technique revient sur le devant de la scène. « Les virus bactériophages ont de nombreux avantages, explique Oliver Kaltz, ils sont très spécifi ques et souvent ne s’attaquent qu’à une seule espèce de bactérie ».

Mais comment être certains que les virus les déciment à coup sûr ? En appliquant les grands principes de l’évolution darwinienne, les scientifi ques ont cherché à donner aux phages un avantage de départ par rapport aux bactéries. Leur plan : faire évoluer les phages artifi ciellement et leur permettre de perfectionner leurs armes contre les bactéries. Leur cible : Pseudomonas aeruginosa, une bactérie responsable de 10% des infections nosocomiales. Résistante à de nombreux antibiotiques, elle peut être mortelle, notamment pour les patients atteints de mucoviscidose.

Booster les prédateurs

« Nous avons mis une souche de cette bactérie au contact de différents phages et ces derniers se multiplient rapidement », explique Oliver Kaltz. Mais pas n’importe lesquels : seuls les phages les mieux adaptés à leur hôte prospèrent. Problème : la bactérie évolue elle aussi au contact des phages et améliore ses défenses. Pour gagner cette course à l’armement les chercheurs ont renouvelé cette même opération 6 fois de suite en utilisant à chaque fois la dernière génération de phages mise en contact avec la souche bactérienne de départ. Grâce à cette méthode de « passage sériel », les chercheurs ont obtenu des « super-virus », capable de décimer Pseudomonas aeruginosa. « Pour parvenir à ce résultat il est indispensable de comprendre le processus de coévolution entre phage et bactérie », souligne Oliver Kaltz.

Comprendre ce mécanisme permet aux chercheurs de faire évoluer les phages en les projetant « dans le futur », leur procurant ainsi un avantage évolutif face à leur hôte, ce qui diminue le niveau de résistance des bactéries. C’est un des avantages de la phagothérapie face aux antibiotiques : « le potentiel évolutif naturel des phages permet l'adaptation quasi-perpétuelle aux résistances des bactéries. Au contraire les antibiotiques représentent un dead-end évolutif : une fois que les bactéries sont devenues résistantes, il faut changer l'antibiotique ». Si la phagothérapie a fait ses preuves contre Pseudomonas aeruginosa, elle peut cibler bien d’autres maladies, chaque bactérie ayant des prédateurs naturels parmi les phages.

Quand verra-t-on des « virus-médicaments » destinés aux malades ? « Pas tout de suite, reconnaît Oliver Kaltz. La commercialisation d’un médicament prend beaucoup de temps et de nombreuses études sont encore nécessaires. » En revanche les chercheurs sont déjà dans les starting blocks pour tester l'utilisation des phages comme désinfectant. « Les phages pourraient être utilisés notamment pour décontaminer les réseaux de distribution d’eau qui sont un vecteur de Pseudomonas aeruginosa en milieu hospitalier », explique Oliver Kaltz. Les chercheurs sont déjà en contact avec le Centre Scientifi que et Technique du Bâtiment de Nantes pour explorer cette possibilité.

Aline Périault

Des super-virus pour lutter contre les bactéries

Télécharger l'article en PDF

Informations produits

Optimiser la prise en charge des prélèvements biologiques
Optimiser la prise en charge des prélèvements biologiques

Roche Diagnostics France et Deigma

©Deigma

Roche Diagnostics France et Deigma lancent une plateforme numérique interopérable de prescription connectée et de traçabilité des prélèvements à domicile.

Un outil d’aide à la décision face à un pic monoclonal
Un outil d’aide à la décision face à un pic monoclonal

360 medics et l'Association des Internes en Hématologie

©Prostock-Studio-istock

En partenariat avec l’Association des Internes en Hématologie, la société 360 medics lance l’application « Boîte à pic », destinée à accompagner les médecins dans la prise en charge des patients présentant un pic monoclonal à l’EPS (électrophorèse des protéines sériques).

 [ ... ]

Une habilitation distancielle des opérateurs de biologie délocalisée
Une habilitation distancielle des opérateurs de biologie délocalisée

Biologie Habilitation et Roche Diagnostics France

©Deagreez-istock

L’organisme de DPC Biologie e-learning propose une nouvelle plateforme, appelée Biologie Habilitation, dédiée à l’habilitation distancielle dans le cadre de la biologie délocalisée. Dans le cadre d’un partenariat technique cette plateforme se connecte directement au middleware spécialisé en POC (Point of Care) de Roche Diagnostics France, cobas infinity POC.

 [ ... ]

Stratégie

Les laboratoires continuent à travailler plus pour moins cher !
27 Jui 2022 16:01Les laboratoires continuent à travailler plus pour moins cher !

Repères

Ces statistiques sont tirées de la base de données Biol'AM générées en Open Data par l'Assurance maladie

La part des analyses Covid-19 atteint 42 % du CA des laboratoires privés en 2022. Le nombre d'actes hors Covid sur 2022 est en augmentation par rapport à 2021, ce qui se traduit bien par une hausse des dépenses dans le public mais, aussi, paradoxalement par une baisse dans le privé… Le point avec notre analyse des données l'Assurance maladie sur 2021 et le premier trimestre 2022.

 [ ... ]

Informatique de laboratoire : les chantiers majeurs en 2022
13 Jui 2022 10:11Informatique de laboratoire : les chantiers majeurs en 2022

Numérique

©metamorworks-istock

Les deux années de pandémie ont plus que jamais montré le rôle de pilier de la biologie dans le sujet du numérique en santé. L'avenir de SI-DEP, le Ségur, le référentiel national d'identitovigilance… Bruno Gauthier, trésorier de la Société française d'informatique de laboratoire (SFIL), fait le point sur les enjeux de 2022.

La dynamique Ségur : encore du chemin à parcourir
22 Avr 2022 10:17La dynamique Ségur : encore du chemin à parcourir

Repères

Depuis fin 2021, la vague 1 du Ségur du numérique en santé se déploie pour les laboratoires de biologie médicale. Le point sur les avancées début 2022.

Expertises

Émergents urinaires : présents au-delà des infections basses
30 Jui 2022 08:49

Cas clinique

Getty Images/iStockphoto - jarun011

Lors de l'urétérostomie d'un homme de 74 ans, le chirurgien suspecte une infection fongique devant la présence de filaments blanchâtres. L'analyse bactériologique révèle l'existence  de deux germes urinaires émergents.

Nouveaux outils pour le diagnostic des lymphomes
06 Jui 2022 14:57Nouveaux outils pour le diagnostic des lymphomes

Techniques

Getty Images/iStockphoto - metamorworks

Intelligence artificielle, séquençage nouvelle génération, ADN tumoral circulant… L'innovation bat son plein dans le diagnostic biologique des lymphomes. Tour d'horizon des promesses et limites des nouvelles techniques.

Organisation des urgences : quelle place pour la biologie ?
25 Mai 2022 14:43Organisation des urgences : quelle place pour la biologie ?

Aux urgences, quels outils pour faire face?

©Richard Villalonundefined undefined-istock

Constitué du pré-hospitalier et du service des urgences proprement dit, le système des urgences en France doit relever le défi d'une prise en charge de masse dans un contexte de manque de moyens humains. Les outils biologiques y jouent un rôle majeur d'orientation, au service des patients et des urgentistes.