Des virus bactériophages pour lutter contre les bactéries

Recherche

Biologiste infos
super virus
Crédit photo : © Alex Betts

Les chercheurs de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (Isem) développent une méthode pour lutter contre les bactéries grâce à des virus bactériophages. Une alternative aux antibiotiques pleine de promesses.

Article provenant de l'"UM2, le magazine universitaire au coeur de science".

Depuis la découverte des propriétés antibactériennes de la pénicilline par Alexander Fleming en 1928, les antibiotiques sont l’arme la plus utilisée contre les bactéries. Une arme de destruction massive qui atteint pourtant ses limites :
au fi l des mutations génétiques, les bactéries deviennent insensibles à ces médicaments et les cas de résistance aux antibiotiques augmentent, notamment dans le milieu hospitalier. Comment continuer à se battre contre ces agents infectieux ? En développant de nouvelles armes. C’est ce à quoi oeuvrent Michael Hochberg et Oliver Kaltz, chercheurs à l’ISEM. Leur nouvel arsenal : les virus bactériophages, ennemis naturels des bactéries. Ils se fi xent sur l’enveloppe externe de la bactérie, vont percer sa paroi cellulaire et injecter leur matériel génétique. Ils vont ensuite se reproduire à l’intérieur de leur hôte provoquant sa mort.

Un parcours du combattant

La phagothérapie est très employée dans les pays de l’Est comme la Russie et surtout la Géorgie. Elle a été tolérée et largement employée en Europe et aux Etats-Unis dans les années 1940, mais est interdite depuis l’utilisation massive des antibiotiques. Pas de statut de médicament, pas d’autorisation de mise sur le marché, pas de possibilité de breveter cette technique qui utilise le vivant, les obstacles législatifs sont nombreux.

Pourtant face à l’augmentation de la résistance aux antibiotiques et à l’absence d’autres traitements effi caces, les pouvoirs publics commencent à s’intéresser de près à la phagothérapie : dans un rapport offi ciel, le Centre d’analyse stratégique, une institution française d'expertise et d'aide à la décision dépendant des services du premier ministre, propose d’étudier l’intérêt thérapeutique de la phagothérapie. Une nouvelle voie vers une nouvelle médecine venue du passé.

Une idée qui n’est en fait pas nouvelle : la phagothérapie a vu le jour en 1919 dans les tubes à essai d’un biologiste francocanadien, Felix d’Herelle. Mais la plupart des pays ont abandonné les phages au profi t des antibiotiques. Aujourd’hui cette technique revient sur le devant de la scène. « Les virus bactériophages ont de nombreux avantages, explique Oliver Kaltz, ils sont très spécifi ques et souvent ne s’attaquent qu’à une seule espèce de bactérie ».

Mais comment être certains que les virus les déciment à coup sûr ? En appliquant les grands principes de l’évolution darwinienne, les scientifi ques ont cherché à donner aux phages un avantage de départ par rapport aux bactéries. Leur plan : faire évoluer les phages artifi ciellement et leur permettre de perfectionner leurs armes contre les bactéries. Leur cible : Pseudomonas aeruginosa, une bactérie responsable de 10% des infections nosocomiales. Résistante à de nombreux antibiotiques, elle peut être mortelle, notamment pour les patients atteints de mucoviscidose.

Booster les prédateurs

« Nous avons mis une souche de cette bactérie au contact de différents phages et ces derniers se multiplient rapidement », explique Oliver Kaltz. Mais pas n’importe lesquels : seuls les phages les mieux adaptés à leur hôte prospèrent. Problème : la bactérie évolue elle aussi au contact des phages et améliore ses défenses. Pour gagner cette course à l’armement les chercheurs ont renouvelé cette même opération 6 fois de suite en utilisant à chaque fois la dernière génération de phages mise en contact avec la souche bactérienne de départ. Grâce à cette méthode de « passage sériel », les chercheurs ont obtenu des « super-virus », capable de décimer Pseudomonas aeruginosa. « Pour parvenir à ce résultat il est indispensable de comprendre le processus de coévolution entre phage et bactérie », souligne Oliver Kaltz.

Comprendre ce mécanisme permet aux chercheurs de faire évoluer les phages en les projetant « dans le futur », leur procurant ainsi un avantage évolutif face à leur hôte, ce qui diminue le niveau de résistance des bactéries. C’est un des avantages de la phagothérapie face aux antibiotiques : « le potentiel évolutif naturel des phages permet l'adaptation quasi-perpétuelle aux résistances des bactéries. Au contraire les antibiotiques représentent un dead-end évolutif : une fois que les bactéries sont devenues résistantes, il faut changer l'antibiotique ». Si la phagothérapie a fait ses preuves contre Pseudomonas aeruginosa, elle peut cibler bien d’autres maladies, chaque bactérie ayant des prédateurs naturels parmi les phages.

Quand verra-t-on des « virus-médicaments » destinés aux malades ? « Pas tout de suite, reconnaît Oliver Kaltz. La commercialisation d’un médicament prend beaucoup de temps et de nombreuses études sont encore nécessaires. » En revanche les chercheurs sont déjà dans les starting blocks pour tester l'utilisation des phages comme désinfectant. « Les phages pourraient être utilisés notamment pour décontaminer les réseaux de distribution d’eau qui sont un vecteur de Pseudomonas aeruginosa en milieu hospitalier », explique Oliver Kaltz. Les chercheurs sont déjà en contact avec le Centre Scientifi que et Technique du Bâtiment de Nantes pour explorer cette possibilité.

Aline Périault

Des super-virus pour lutter contre les bactéries

Télécharger l'article en PDF

Informations produits

Optimiser le diagnostic du cancer
Optimiser le diagnostic du cancer

Roche Diagnostics France

©Roche Diagnostics France

Le lancement du système de coloration d’échantillons histologiques BenchMark Ultra Plus de Roche Diagnostics France dans l’hexagone a été annoncé le 18 novembre 2022.

Tests de diagnostic syndromiques
Tests de diagnostic syndromiques

Roche Diagnostics France

©Roche Diagnostics France

Roche diagnostics France investit dans le diagnostic dit “syndromique” avec l’intégration de l’activité de la société GenMark qui propose des tests de panels syndromique de biologie moléculaire.

Greiner Bio-One reçoit la médaille d’argent EcoVadis
Greiner Bio-One reçoit la médaille d’argent EcoVadis

Greiner Bio-One

CEO Rainer Perneker (à gauche) et Moritz Dörr, Assistant Managing Director (à droite) ©Greiner Bio-One

Greiner Bio-One reçoit la médaille d'argent EcoVadis pour son engagement en matière de développement durable.

Stratégie

Panorama des réseaux en France
30 Nov 2022 10:03Panorama des réseaux en France

Repères

Depuis notre dernière analyse sur le sujet, le marché continue de se consolider, avec 71 % des sites détenus par les principaux réseaux (Biogroup, Cerballiance, Inovie, Synlab, Eurofins et Unilabs) et 25 % détenus par des laboratoires indépendants (dont 13 % par le groupement LBI).

GHT : quel bilan en 2022 ?
22 Nov 2022 16:12

Perspectives

Getty Images - Hispanolistic

Six ans après leur création, les groupements hospitaliers de territoire affichent une grande disparité dans la mutualisation des moyens techniques comme humains.

Fuite de données de santé : la CNIL sanctionne l'éditeur
10 Oct 2022 16:35Fuite de données de santé : la CNIL sanctionne l'éditeur

Législation

Getty Images/iStockphoto - Andrii Yalanskyi

Le premier épilogue exprimé par la CNIL à ce qui aura été l'une des plus importantes fuites de données de santé
dans la biologie médicale française met en exergue les responsabilités encourues lors du traitement de données de santé et le rôle des sous-traitants.

Expertises

Quelle biologie médicale pour demain ?
05 Déc 2022 17:47Quelle biologie médicale pour demain ?

Réseaux, défis actuels et futurs

Getty Images/iStockphoto - Thanmano

Tensions financières liées à l'inflation, à la montée des prix de l'énergie et aux économies demandées au secteur par les pouvoir publics d'une part, opportunités d'innovation portées par la crise Covid d'autre part, la biologie médicale est à la croisée des chemins.

Les marqueurs des atteintes myocardiques de la Covid-19
31 Oct 2022 10:34Les marqueurs des atteintes myocardiques de la Covid-19

Techniques

Getty Images/iStockphoto - jarun011

Un patient sur cinq ayant contracté une forme sévère de la Covid-19 développe une atteinte myocardique. Le suivi des biomarqueurs cardiaques, et notamment de la troponine, est essentiel pour le diagnostic et le suivi de ces atteintes. Décryptage.

Bilan phosphocalcique : que doser et comment l'interpréter ?
24 Oct 2022 14:58Bilan phosphocalcique : que doser et comment l'interpréter ?

Techniques

Getty Images/iStockphoto - Srisakorn

Dans nombre de pathologies de l'enfant ou de l'adulte, un bilan phosphocalcique à visée diagnostique est nécessaire afin de détecter une éventuelle anomalie de la calcémie, de la phosphatémie, parathormone (PTH) ou de la vitamine D. Tour d'horizon.