Des virus bactériophages pour lutter contre les bactéries

Recherche

Biologiste infos
super virus
Crédit photo : © Alex Betts

Les chercheurs de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (Isem) développent une méthode pour lutter contre les bactéries grâce à des virus bactériophages. Une alternative aux antibiotiques pleine de promesses.

Article provenant de l'"UM2, le magazine universitaire au coeur de science".

Depuis la découverte des propriétés antibactériennes de la pénicilline par Alexander Fleming en 1928, les antibiotiques sont l’arme la plus utilisée contre les bactéries. Une arme de destruction massive qui atteint pourtant ses limites :
au fi l des mutations génétiques, les bactéries deviennent insensibles à ces médicaments et les cas de résistance aux antibiotiques augmentent, notamment dans le milieu hospitalier. Comment continuer à se battre contre ces agents infectieux ? En développant de nouvelles armes. C’est ce à quoi oeuvrent Michael Hochberg et Oliver Kaltz, chercheurs à l’ISEM. Leur nouvel arsenal : les virus bactériophages, ennemis naturels des bactéries. Ils se fi xent sur l’enveloppe externe de la bactérie, vont percer sa paroi cellulaire et injecter leur matériel génétique. Ils vont ensuite se reproduire à l’intérieur de leur hôte provoquant sa mort.

Un parcours du combattant

La phagothérapie est très employée dans les pays de l’Est comme la Russie et surtout la Géorgie. Elle a été tolérée et largement employée en Europe et aux Etats-Unis dans les années 1940, mais est interdite depuis l’utilisation massive des antibiotiques. Pas de statut de médicament, pas d’autorisation de mise sur le marché, pas de possibilité de breveter cette technique qui utilise le vivant, les obstacles législatifs sont nombreux.

Pourtant face à l’augmentation de la résistance aux antibiotiques et à l’absence d’autres traitements effi caces, les pouvoirs publics commencent à s’intéresser de près à la phagothérapie : dans un rapport offi ciel, le Centre d’analyse stratégique, une institution française d'expertise et d'aide à la décision dépendant des services du premier ministre, propose d’étudier l’intérêt thérapeutique de la phagothérapie. Une nouvelle voie vers une nouvelle médecine venue du passé.

Une idée qui n’est en fait pas nouvelle : la phagothérapie a vu le jour en 1919 dans les tubes à essai d’un biologiste francocanadien, Felix d’Herelle. Mais la plupart des pays ont abandonné les phages au profi t des antibiotiques. Aujourd’hui cette technique revient sur le devant de la scène. « Les virus bactériophages ont de nombreux avantages, explique Oliver Kaltz, ils sont très spécifi ques et souvent ne s’attaquent qu’à une seule espèce de bactérie ».

Mais comment être certains que les virus les déciment à coup sûr ? En appliquant les grands principes de l’évolution darwinienne, les scientifi ques ont cherché à donner aux phages un avantage de départ par rapport aux bactéries. Leur plan : faire évoluer les phages artifi ciellement et leur permettre de perfectionner leurs armes contre les bactéries. Leur cible : Pseudomonas aeruginosa, une bactérie responsable de 10% des infections nosocomiales. Résistante à de nombreux antibiotiques, elle peut être mortelle, notamment pour les patients atteints de mucoviscidose.

Booster les prédateurs

« Nous avons mis une souche de cette bactérie au contact de différents phages et ces derniers se multiplient rapidement », explique Oliver Kaltz. Mais pas n’importe lesquels : seuls les phages les mieux adaptés à leur hôte prospèrent. Problème : la bactérie évolue elle aussi au contact des phages et améliore ses défenses. Pour gagner cette course à l’armement les chercheurs ont renouvelé cette même opération 6 fois de suite en utilisant à chaque fois la dernière génération de phages mise en contact avec la souche bactérienne de départ. Grâce à cette méthode de « passage sériel », les chercheurs ont obtenu des « super-virus », capable de décimer Pseudomonas aeruginosa. « Pour parvenir à ce résultat il est indispensable de comprendre le processus de coévolution entre phage et bactérie », souligne Oliver Kaltz.

Comprendre ce mécanisme permet aux chercheurs de faire évoluer les phages en les projetant « dans le futur », leur procurant ainsi un avantage évolutif face à leur hôte, ce qui diminue le niveau de résistance des bactéries. C’est un des avantages de la phagothérapie face aux antibiotiques : « le potentiel évolutif naturel des phages permet l'adaptation quasi-perpétuelle aux résistances des bactéries. Au contraire les antibiotiques représentent un dead-end évolutif : une fois que les bactéries sont devenues résistantes, il faut changer l'antibiotique ». Si la phagothérapie a fait ses preuves contre Pseudomonas aeruginosa, elle peut cibler bien d’autres maladies, chaque bactérie ayant des prédateurs naturels parmi les phages.

Quand verra-t-on des « virus-médicaments » destinés aux malades ? « Pas tout de suite, reconnaît Oliver Kaltz. La commercialisation d’un médicament prend beaucoup de temps et de nombreuses études sont encore nécessaires. » En revanche les chercheurs sont déjà dans les starting blocks pour tester l'utilisation des phages comme désinfectant. « Les phages pourraient être utilisés notamment pour décontaminer les réseaux de distribution d’eau qui sont un vecteur de Pseudomonas aeruginosa en milieu hospitalier », explique Oliver Kaltz. Les chercheurs sont déjà en contact avec le Centre Scientifi que et Technique du Bâtiment de Nantes pour explorer cette possibilité.

Aline Périault

Des super-virus pour lutter contre les bactéries

Télécharger l'article en PDF

Publicités

Informations produits

Distribution exclusive de la gamme Maglumi
Distribution exclusive de la gamme Maglumi

Eurobio Scientific annonce la signature d’un contrat de distribution exclusif de la gamme d’automates en immunoanalyses Maglumi sur le territoire français et britannique.

Medicus AI signe avec Labexa
Medicus AI signe avec Labexa

Medicus AI, plateforme automatisant l’interprétation des comptes-rendus d’examens biologiques, signe son premier contrat en France avec le groupe Labexa, groupe de biologie médicale indépendant numéro un en Aquitaine.

Bio-Rad complète la gamme Geenius
Bio-Rad complète la gamme Geenius

©Bio-Rad

Bio-Rad lance le test sérologique Geenius HCV Supplemental Assay, qui permet de confirmer la présence d'anticorps contre le virus de l'hépatite C.

Entreprise

Une aide à la décision par le Machine Learning
07 Oct 2019 15:40Une aide à la décision par le Machine Learning

Perspectives

© 4X-image-iStock

L’intelligence artificielle, et en particulier le Machine Learning, pourrait être un outil d’aide à la décision en biologie médicale. Une expérimentation a évalué son utilisation dans un système d’aide à la validation biologique. SIL-LAB Experts, avec le laboratoire BIO 86 à Poitiers et la société ISoft, l’ont conduite en janvier 2019.

Toujours plus numérique et plus proche du patient
24 Juil 2019 08:43Toujours plus numérique et plus proche du patient

Stratégie

© a-image-istock

L’exercice de la biologie médicale de demain sera amené à connaître plusieurs repositionnements possibles. Ceux-ci seront la conjonction de différentes tendances de fond - sociales, économiques, technologiques, politiques - auxquelles la digitalisation croissante amène une dimension particulière.

L’impact du regroupement des laboratoires sur les systèmes de management de la qualité
22 Juil 2019 11:33L’impact du regroupement des laboratoires sur les systèmes de management de la qualité

Management

© marchmeena29 -istock

Du laboratoire indépendant à un mode opératoire en « business units », le fonctionnement des laboratoires et donc les processus qualité associés ont été fortement bouleversés ces dernières années. Le point sur l’évolution des systèmes de management de la qualité depuis la publication de « l’Ordonnance Ballereau ».

Publicités

Clinique

Le suivi biologique des patients sous AOD
09 Oct 2019 09:29Le suivi biologique des patients sous AOD

Dans votre pratique

*Sensibilité dépendante du réactif utilisé.; **La mesure immunologique des D-dimères n’est pas perturbée mais elle peut être diminuée par la prise d’AOD comme de tout autre anticoagulant.; PDF : Produit de dégradation de la fibrine ; AT : Antithrombine ; dRVVT : Test au venin de vipère Russel diluée ; PCa : Protéine C activée ; PS : Protéine S ; RPCA Résistance à la Protéine C activée

Après quelques années de flou concernant le rôle du bilan biologique dans le suivi des anticoagulants oraux directs, l’apport du bilan d’hémostase est maintenant établi et primordial pour améliorer la prise en charge, en particulier en cas d’hémorragie et/ou de geste invasif urgent.

 [ ... ]

La place du dosage des anticorps en vaccinologie
02 Juil 2019 14:22La place du dosage des anticorps en vaccinologie

  Techniques

© MarianVejcik-iStock


Le Pr Odile Launay, du Centre d’investigation clinique en vaccinologie Cochin-Pasteur, est revenue sur la place du dosage des anticorps dans la stratégie vaccinale lors des dernières Journées de biologie clinique (JBC). Ce dosage n’est indiqué que dans des situations bien identifiées, en pré- et post-vaccinal.

Quelle est l’aide de la biologie dans le diagnostic de la borréliose de Lyme ?
25 Jui 2019 14:01Quelle est l’aide de la biologie dans le diagnostic de la borréliose de Lyme ?

Point de vue

© photos-iStock


Le Pr Benoît Jaulhac, responsable du Centre national de référence (CNR) des Borrelia à Strasbourg, dresse un panorama des dernières connaissances et rappelle les recommandations concernant la borréliose de Lyme transmise par les tiques, une infection très médiatisée.