Des virus bactériophages pour lutter contre les bactéries

Recherche

Biologiste infos
super virus
Crédit photo : © Alex Betts

Les chercheurs de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (Isem) développent une méthode pour lutter contre les bactéries grâce à des virus bactériophages. Une alternative aux antibiotiques pleine de promesses.

Article provenant de l'"UM2, le magazine universitaire au coeur de science".

Depuis la découverte des propriétés antibactériennes de la pénicilline par Alexander Fleming en 1928, les antibiotiques sont l’arme la plus utilisée contre les bactéries. Une arme de destruction massive qui atteint pourtant ses limites :
au fi l des mutations génétiques, les bactéries deviennent insensibles à ces médicaments et les cas de résistance aux antibiotiques augmentent, notamment dans le milieu hospitalier. Comment continuer à se battre contre ces agents infectieux ? En développant de nouvelles armes. C’est ce à quoi oeuvrent Michael Hochberg et Oliver Kaltz, chercheurs à l’ISEM. Leur nouvel arsenal : les virus bactériophages, ennemis naturels des bactéries. Ils se fi xent sur l’enveloppe externe de la bactérie, vont percer sa paroi cellulaire et injecter leur matériel génétique. Ils vont ensuite se reproduire à l’intérieur de leur hôte provoquant sa mort.

Un parcours du combattant

La phagothérapie est très employée dans les pays de l’Est comme la Russie et surtout la Géorgie. Elle a été tolérée et largement employée en Europe et aux Etats-Unis dans les années 1940, mais est interdite depuis l’utilisation massive des antibiotiques. Pas de statut de médicament, pas d’autorisation de mise sur le marché, pas de possibilité de breveter cette technique qui utilise le vivant, les obstacles législatifs sont nombreux.

Pourtant face à l’augmentation de la résistance aux antibiotiques et à l’absence d’autres traitements effi caces, les pouvoirs publics commencent à s’intéresser de près à la phagothérapie : dans un rapport offi ciel, le Centre d’analyse stratégique, une institution française d'expertise et d'aide à la décision dépendant des services du premier ministre, propose d’étudier l’intérêt thérapeutique de la phagothérapie. Une nouvelle voie vers une nouvelle médecine venue du passé.

Une idée qui n’est en fait pas nouvelle : la phagothérapie a vu le jour en 1919 dans les tubes à essai d’un biologiste francocanadien, Felix d’Herelle. Mais la plupart des pays ont abandonné les phages au profi t des antibiotiques. Aujourd’hui cette technique revient sur le devant de la scène. « Les virus bactériophages ont de nombreux avantages, explique Oliver Kaltz, ils sont très spécifi ques et souvent ne s’attaquent qu’à une seule espèce de bactérie ».

Mais comment être certains que les virus les déciment à coup sûr ? En appliquant les grands principes de l’évolution darwinienne, les scientifi ques ont cherché à donner aux phages un avantage de départ par rapport aux bactéries. Leur plan : faire évoluer les phages artifi ciellement et leur permettre de perfectionner leurs armes contre les bactéries. Leur cible : Pseudomonas aeruginosa, une bactérie responsable de 10% des infections nosocomiales. Résistante à de nombreux antibiotiques, elle peut être mortelle, notamment pour les patients atteints de mucoviscidose.

Booster les prédateurs

« Nous avons mis une souche de cette bactérie au contact de différents phages et ces derniers se multiplient rapidement », explique Oliver Kaltz. Mais pas n’importe lesquels : seuls les phages les mieux adaptés à leur hôte prospèrent. Problème : la bactérie évolue elle aussi au contact des phages et améliore ses défenses. Pour gagner cette course à l’armement les chercheurs ont renouvelé cette même opération 6 fois de suite en utilisant à chaque fois la dernière génération de phages mise en contact avec la souche bactérienne de départ. Grâce à cette méthode de « passage sériel », les chercheurs ont obtenu des « super-virus », capable de décimer Pseudomonas aeruginosa. « Pour parvenir à ce résultat il est indispensable de comprendre le processus de coévolution entre phage et bactérie », souligne Oliver Kaltz.

Comprendre ce mécanisme permet aux chercheurs de faire évoluer les phages en les projetant « dans le futur », leur procurant ainsi un avantage évolutif face à leur hôte, ce qui diminue le niveau de résistance des bactéries. C’est un des avantages de la phagothérapie face aux antibiotiques : « le potentiel évolutif naturel des phages permet l'adaptation quasi-perpétuelle aux résistances des bactéries. Au contraire les antibiotiques représentent un dead-end évolutif : une fois que les bactéries sont devenues résistantes, il faut changer l'antibiotique ». Si la phagothérapie a fait ses preuves contre Pseudomonas aeruginosa, elle peut cibler bien d’autres maladies, chaque bactérie ayant des prédateurs naturels parmi les phages.

Quand verra-t-on des « virus-médicaments » destinés aux malades ? « Pas tout de suite, reconnaît Oliver Kaltz. La commercialisation d’un médicament prend beaucoup de temps et de nombreuses études sont encore nécessaires. » En revanche les chercheurs sont déjà dans les starting blocks pour tester l'utilisation des phages comme désinfectant. « Les phages pourraient être utilisés notamment pour décontaminer les réseaux de distribution d’eau qui sont un vecteur de Pseudomonas aeruginosa en milieu hospitalier », explique Oliver Kaltz. Les chercheurs sont déjà en contact avec le Centre Scientifi que et Technique du Bâtiment de Nantes pour explorer cette possibilité.

Aline Périault

Des super-virus pour lutter contre les bactéries

Télécharger l'article en PDF

Informations produits

Eurofins Biomnis, premier laboratoire clinique équipé du NextSeq 2000
Eurofins Biomnis, premier laboratoire clinique équipé du NextSeq 2000

© Eurofins Biomnis

Eurofins Biomnis, bénéficie en avant-première de la nouvelle génération de séquenceur, le NextSeq 2000 mis au point par son fournisseur Illumina.

Abbott obtient le marquage CE pour deux tests de dépistage du Sars-CoV-2
Abbott obtient le marquage CE pour deux tests de dépistage du Sars-CoV-2

 

Alinity SARS CoV-2 IgG II Quant Reagent Kit 06S61-32 ©Abbott

Ces deux marquages CE obtenus par le laboratoire Abbott concernent d’une part son nouveau test sanguin pour la détection quantitative des anticorps IgG en réponse à la COVID-19, et d’autre part son test PCR de détection simultanée du virus SARS-CoV-2, des virus A et B de la grippe et du VRS.

A chaque étape sa réponse diagnostique
A chaque étape sa réponse diagnostique

©Hologic

Hologic revient, avec plusieurs experts du diagnostic, sur les différentes solutions de dépistage du virus Sars-CoV-2 existantes et leurs perspectives.

Entreprise

Évolution du top des actes de nomenclature entre 2015 et 2019
01 Déc 2020 11:58Évolution du top des actes de nomenclature entre 2015 et 2019

Repères

DR

Pour faire suite à l'analyse globale réalisée dans le précédent numéro, ce mois-ci, nous proposons une analyse détaillée de l'évolution des dépenses par acte de la nomenclature.

Fin annoncée d'une cacophonie fiscale
01 Déc 2020 11:45Fin annoncée d'une cacophonie fiscale

Législation

blackred-istock

Les Selas et Selafa ont ouvert des horizons insoupçonnés aux professions libérales, dont l'un au moins, le statut fiscal, se révèle parfois être un piège pour ses dirigeants. Une clarification pourrait voir le jour prochainement.

La gratuité des tests, mesure de santé mais erreur de gestion ?
01 Déc 2020 11:41La gratuité des tests, mesure de santé mais erreur de gestion ?

Finances

legna69-istock

La pandémie 2020 fait virer les comptes publics au rouge écarlate. Chaque heure ou presque, des dépenses nouvelles fusent de partout. Couvre-feu et maintenant confinement de fin d'année augurent encore des lendemains dispendieux.

Clinique

L'approche in silico, vers des essais cliniques 100 % virtuels ?
10 Déc 2020 11:42L'approche in silico, vers des essais cliniques 100 % virtuels ?

Recherche

metamorworks-istock

À l'heure où la pandémie gagne en puissance, quels sont les atouts et perspectives de la nouvelle approche que constituent les essais in silico pour le développement de médicaments ?

Des scores biologiques pour analyser les maladies hépatiques
26 Oct 2020 17:06Des scores biologiques pour analyser les maladies hépatiques

Techniques

Pour les maladies liées à l'alcool et les stéatoses hépatiques métaboliques, la biologie médicale joue un rôle de premier plan en matière de diagnostic et de suivi des patients. Ces pathologies ont fait l'objet, début septembre, du 3e Forum annuel thématique de Siemens Healthineers, consacré au foie, après deux premières éditions portant sur le rein, puis sur le cœur et les vaisseaux.

 [ ... ]

Un diagnostic à rebondissements
26 Oct 2020 16:55Un diagnostic à rebondissements

Cas clinique

©jarun011-istock

Chez un patient atteint du VIH, de multiples investigations ont été nécessaires pour diagnostiquer une leishmaniose. Le Pr Pierre Tattevin, infectiologue au CHU de Rennes, a présenté ce cas clinique lors de la Ricai 2019.