Suspension de la transmission des données SIDEP

Profession

©fatido-istock

Après le Ségur du numérique, c’est à présent la transmission des données SIDEP que l'Alliance de la Biologie Médicale suspend à compter du 27 octobre.

« Devant la surdité des pouvoirs publics sur les risques qu’un rabot de 250 millions d’euros chaque année jusqu’en 2026 ferait peser sur les laboratoires de biologie médicale, l’Alliance de la Biologie Médicale a décidé de suspendre, à compter du 27 octobre et jusqu’à nouvel ordre, la transmission des données de dépistage de la Covid 19 sur la plateforme SIDEP (système d’information de dépistage du Covid-19) » annonce l’ABM (Alliance de la Biologie Médicale)* dans un communiqué daté du 26 novembre. Le SIDEP collecte l’ensemble des résultats de tests diagnostiques de la Covid-19 (RT-PCR, antigéniques et sérologiques). Cette décision, qui a un coût financier non négligeable, les tests n’étant plus remboursés dans ce cas, intervient en réponse à l’absence de retour des pouvoirs publics sur les propositions de la profession. « Dans le texte du PLFSS qui sera débattu au Parlement suite au déclenchement de l’article 49 al. 3, l’article 27 figure toujours dans sa rédaction initiale - prévoyant d’imposer une baisse de 250 millions d’euros par an jusqu’en 2026 sur les dépenses de biologie courante. Le gouvernement a même décidé de retenir l’amendement déposé par Mme Rist qui nous impose de maintenir notre maillage territorial alors même que nous ne serons pas en mesure de le faire si nos moyens diminuent si drastiquement » précise l’ABM.

Un signal d'alerte

A partir du jeudi 27 octobre et « jusqu’à nouvel ordre » les laboratoires de biologie médicale privés membre de l’ABM cesseront les transmissions des données au SIDEP tout en continuant de tester les patients qui en ont besoin. « Après notre retrait des travaux du Ségur Numérique, l’arrêt de SIDEP constitue un second signal d’alerte clair que nous envoyons au gouvernement. D’urgence, réouvrez le dialogue ! » appelle Alain Le Meur, porte-parole de l’Alliance de la Biologie Médicale.

Réaction de la CNAM

Dans un communiqué daté du 27 octobre, la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) répond à cette décision de suspendre la transmission des résultats de test Covid dans la base Si-Dep en en "appelant à l'esprit de responsabilité des biologistes sur les territoires" indique Thomas Fatome, directeur de la Caisse nationale de l’Assurance Maladie. La CNAM rappelle que la rentabilité financière du secteur de la biologie médicale s'est accrue en 2020-2021, atteignant 20 à 30% du fait des tests Covid. "Si l’Assurance Maladie a souligné à de nombreuses reprises l’implication des laboratoires de biologie médicale dans la crise, il est aujourd’hui naturel que des efforts sur les tarifs soient demandés à ce secteur : un premier objectif de baisse de 250 millions d’euros est donc prévu pour 2023. Après discussion avec le secteur, cette baisse pourrait être répartie entre les actes de biologie courants (à hauteur de 200M€) et les tests Covid (à hauteur de 50M€). Le quantum des économies qui pourrait être appliqué les années suivantes n’a pas encore été discuté avec les représentants : il n’a ainsi donc pas été proposé par l’Assurance Maladie de faire 250 millions d’euros de baisses supplémentaires en 2024 et 2025" précise la CNAM qui indique souhaiter "poursuivre le dialogue avec  les biologistes, mais cela suppose que les représentants du secteur adoptent une attitude responsable dans le choix des actions menées pour porter leurs revendications".

Les hospitaliers ne s’associent pas à cette mesure

Le SNBH (Syndicat national des biologistes des hôpitaux) quant à lui « n’appelle pas les biologistes médicaux hospitaliers à cesser la transmission des données des tests de dépistage Covid-19 ». En effet, « le SNBH ne participe pas aux négociations avec la CNAM et considère que le coup de rabot annoncé ne touchera que très peu la biologie hospitalière ». Le syndicat insiste sur trois points majeurs. En premier lieu l’attractivité de la profession : « le SNBH demande à redonner d’urgence un vrai sens au métier de Biologiste Médical ». Ensuite, l’accréditation : « trop de qualité tue la qualité et éloigne le biologiste du cœur de son métier ». Puis l’activité : « nous devons revoir tout le financement de la biologie hospitalière. La cotation de l’activité en B n’est pas adaptée pour mesurer l’activité biologique à l’hôpital ».

*L’ABM regroupe tant les syndicats : SDB (Syndicat Des Biologistes), SNMB (Syndicat National des Médecins Biologistes), Les Biomed (Les Biologistes Médicaux), SLBC (Syndicat des Laboratoires de Biologie Clinique) - que les réseaux de laboratoire : Biogroup, Cerba HealthCare, Eurofins, Inovie, LBI, Synlab, Unilabs.

N.B-S.