Covid long : près un tiers des patients concernés

Covid-19

©gorodenkoff-istock

30% des personnes ayant eu une infection par le Sars-Cov-2 présenteraient les critères d’un Covid-long selon les premiers résultats de Santé Publique France.

Les premiers résultats sur la prévalence des « affections post-Covid-19 » ou « Covid-long » viennent d’être publiés par Santé Publique France suite à une enquête nationale menée entre le 22 mars et le 8 avril 2022 auprès de 27 537 personnes de plus de 18 ans mettent en évidence que ces affections concernent 30 % des personnes interrogées ayant eu une infection par le SARS-CoV-2 plus de trois mois auparavant, soit plus de 2 millions de personnes à l’échelle de la population française. Et 20% des personnes infectées par le virus présentaient encore les critères d’un Covid long 18 mois après l’infection.
Ces affections qui se caractérisent par « des symptômes persistants au moins deux mois qui, d’une part ne peuvent pas être expliqués par d'autres diagnostics et d’autre part ont un impact sur la vie quotidienne », selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) touchent principalement les femmes, les actifs, et les personnes ayant été hospitalisées. Dans près de 9 cas sur 10, les patients concernés ont consulté leur médecin généraliste. « Les résultats de l’étude doivent toutefois être interprétés avec prudence. Ce travail se poursuivra avec une seconde étude sur un échantillon aléatoire en population générale, afin de produire des estimations plus robustes de la prévalence et de l'impact de l’affection post-COVID-19 sur le recours aux soins, la santé mentale et la qualité de vie » prévient Santé Publique France.

L’affection post-COVID-19 (appelée aussi COVID long) en France. Point au 21 juillet 2022. (santepubliquefrance.fr)

NBS