Covid-19 : anticiper une reprise à l’automne

Covid-19

©AntonioSolano-istock

La HAS anticipe une réapparition périodique du virus et recommande de prévoir une vaccination à l’automne des personnes les plus à risque.

Alors que la diminution de la circulation du SARS-CoV-2 se poursuit sur l’ensemble des régions métropolitaines selon le point épidémiologique du 26 mai de Santé Publique France, la HAS (Haute Autorité de Santé) anticipe une possible réapparition du virus à l’automne et propose une stratégie vaccinale adaptée à chacun des scénarios décrits par l'Organisation mondiale de la Santé sur la circulation du SARS-CoV-2 en France durant les prochains mois. Retour à la normale, reprise périodique et émergence d’un variant plus virulent sont les trois configurations envisagées. Dans le premier cas, la HAS recommande une campagne de rappel vaccinal uniquement chez les immunodéprimés. Dans le second cas, estimé comme étant le plus probable, le rappel concerne toutes les populations à risque de forme grave. Enfin, dans le dernier cas, toute la population serait concernée par un rappel vaccinal. Pour définir ses recommandations vaccinales pour l'automne 2022,la HAS« retient le scénario d'évolution de la crise sanitaire qu'elle considère comme le plus probable, dans lequel l'impact de la circulation du virus, toujours active, serait moindre grâce une immunité durable et suffisante permettant de limiter les formes graves et les décès ». Dans ce contexte, celle-ci « recommande à ce stade d'anticiper l'organisation d'une campagne de rappel vaccinal pour l'automne 2022 des populations les plus à risque de formes graves de la maladie (en particulier, les personnes immunodéprimées et leur entourage, les personnes de 65 ans et plus et/ou présentant des comorbidités à risque de forme grave). Elle recommande également d'envisager la vaccination des professionnels de santé au regard notamment des futures données d'efficacité vaccinale contre les formes asymptomatiques de la maladie (question de l'efficacité contre la transmission de la maladie) ». Cette campagne pourra être couplée à celle de la grippe, pour des questions de logistique. Cependant, la HAS pointe la nécessité d‘anticiper également le scénario pessimiste en raison des nombreuses incertitudes qui persistent sur l'évolution de l'épidémie pourraient l'amener à faire évoluer ses recommandations.
En parallèle, « la HAS préconise de poursuivre encore aujourd'hui les efforts de vaccination des personnes à risque non vaccinées ou n'ayant pas encore reçu leur première dose de rappel ». En effet, seuls 76% seulement des plus de 80 ans avaient bénéficié d'une primovaccination et d'un premier rappel au 11 mai 2022.

N.B-S.