Du renfort pour les tests

Covid-19

©legna69-istock

Alors que la demande de tests ne cesse d’augmenter, un arrêté publié le 9 janvier au Journal Officiel autorise les étudiants de 3e et 4e années de 3e cycle du DES de biologie médicale ou en master de biologie moléculaire ou cellulaire à participer à leur réalisation.

Un record de près de 12 millions de tests hebdomadaires a été atteint la semaine du 3 au 9  janvier 2022 (chiffres de la Drees). Et ce chiffre ne cesse d'augmenter. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a d'ailleurs annoncé dimanche 9 janvier sur BFM TV « un plan de renforcement de la politique de tests », qui passera notamment par le déploiement de « plusieurs centaines » de centres de dépistage à proximité des centres de vaccination.
Selon une enquête effectuée par le SDB (Syndicat des biologistes), « les problèmes RH arrivent en haut de la liste » des difficultés rencontrées par les laboratoires de biologie médicale pour faire face à la situation. L’arrêté du 8 janvier, publié le 9 janvier au Journal Officiel établi « que l'activité de dépistage, en augmentation constante depuis plusieurs semaines, atteint un volume jamais enregistré », que « les ressources humaines pour réaliser la phase pré analytique des tests RT-PCR et antigéniques de détection du SARS-CoV-2 ainsi que la phase analytique des tests RT-PCR en laboratoire de biologie médicale deviennent insuffisantes pour répondre à la demande » et qu’en conséquences « il y a lieu d'étendre la liste des effecteurs autorisés à participer à l'une et l'autre phase de réalisation de ces tests ». Cet arrêté autorise donc « les personnes titulaires d'un diplôme dans le domaine de la biologie moléculaire ou justifiant d'une expérience professionnelle d'au moins un an dans ce domaine, les personnes titulaires de l'un des diplômes mentionnés à l'annexe au IV et V du présent article et, lorsqu'ils sont placés sous la responsabilité d'un technicien de laboratoire médical, les étudiants de 3e et 4e années de 3e cycle du DES de biologie médicale et les étudiants en master « biologie moléculaire et cellulaire » ou « biochimie, biologie moléculaire » » à participer à la fois au pré-analytique et à l’analytique des tests de dépistage de la Covid-19.

Prioriser en fonction des indications

En parallèle, le message « DGS urgent » mis en ligne le 7 janvier 2022 adapte la doctrine de tests, notamment en priorisant le recours aux tests en fonction des indications, en rendant prioritaires les personnes symptomatiques et contacts à risque, les personnes disposant d’une prescription médicale, les personnes ayant un autotest positif, les personnes devant réaliser un test dans le cadre de l’application des règles aux frontières et, dans la mesure du possible, les personnes ayant besoin d’un test pour se rendre à l’étranger. "Les autres situations doivent être considérées comme non prioritaires (notamment la réalisation de test de «confort» visant à obtenir une preuve dans le passe sanitaire)" précise la DGS. Il est également notifié que « les tests antigéniques positifs ne doivent plus faire l’objet d’une confirmation par un test RT-PCR ». Un tableau actualisé des indications de prise en charge est publié en annexe du DGS urgent du 7 janvier.

N.B.S.