Le professeur Bruno Baudin prend la présidence de la FNSPBHU

Profession

Professeur Bruno Baudin, PU-PH, pharmacien biologiste, chef du service de biochimie à l’hôpital Armand Trousseau et enseignant chercheur à la faculté de pharmacie de l’université Paris-Saclay. ©DR.

Le professeur Bruno Baudin, PU-PH, pharmacien biologiste, chef du service de biochimie à l’hôpital Armand Trousseau et enseignant chercheur à la faculté de pharmacie de l’université Paris-Saclay est désormais président de la FNSPBHU (Fédération Nationale des Syndicats de Praticiens Biologistes Hospitaliers et Hospitalo-universitaires), prenant la suite du professeur Jean-Gérard Gobert.

« Notre objectif premier est de défendre la biologie médicale, la fonction publique, les hôpitaux et nos adhérents, dans la continuité des missions de la FNSPBHU » affirme le professeur Bruno Baudin. Pharmacien biologiste, chef de service biochimie à Armand Trousseau et professeur universitaire, il prend la présidence de la FNSPBHU (Fédération Nationale des Syndicats de Praticiens Biologistes Hospitaliers et Hospitalo-universitaires) à la suite du professeur Jean-Gérard Gobert. « La décision a été prise lors de l’Assemblée générale au printemps dernier » précise le professeur Baudin. Parmi les chantiers en cours de la FNSPBHU, on peut citer la participation à l’élaboration du nouveau concours de praticien hospitalier (PH) et la mise en place du nouveau statut de PH qui devrait être effective en janvier 2022. « Ce nouveau statut permettra par exemple d’associer plus facilement une activité dans le libéral, ou de prendre une valence universitaire ou une valence de recherche et d’enseignement, ainsi que de travailler à temps partiel » détaille Bruno Baudin. La Fédération se penche également sur les nouveaux statuts de praticiens attachés « Nous sommes en attentes d’éclaircissements sur les textes de la part du ministère » partage le président de la FNSPBHU. Par ailleurs, de concert avec d’autres syndicats de biologie médicale, la FNSPBHU travaille avec la CNBM (Commission Nationale de Biologie Médicale) afin d’analyser les dossiers d’accréditation déposés dans le cadre de l’échéance du premier novembre 2021, date à laquelle tous les LBM (Laboratoires de Biologie Médicale) doivent avoir déposé une demande d’accréditation sur les lignes de portées restant à accréditer. « Nous cherchons à déterminer si les examens représentatifs par ligne de portée choisis sont adéquats et la CNBM donne un avis au Cofrac (Comité français d’accréditation) » explique le professeur Baudin. Après cette échéance du premier novembre, l’un des projets de la FNSPBHU est de demander à modifier le calendrier des visites de contrôle : « Un an et demi c’est un peu court » constate le professeur. Par ailleurs, titulaire à la Commission Statutaire Nationale, il défend les praticiens hospitaliers biologistes en difficulté. Actuellement principalement basée en Ile-de-France et à Lyon, l’une des perspectives pour les années à venir est de « constituer un réseau au niveau national » projette enfin Bruno Baudin pour la FNSPBHU.

NBS