Alerte sur les autotests

Profession

©Shendart-istock

Les représentants de la profession alertent sur la bonne utilisation des autotests pour le dépistage de la Covid-19 « dont la sensibilité ne dépasse pas les 50% chez les patients asymptomatiques et avoisinerait les 20% pour les tests les plus performants et dans les bonnes conditions d’utilisation chez les patients symptomatiques ».

« La santé n’est pas une marchandise ! » mettent en garde les biologistes médicaux du secteur privé, du public et les internes*, en réponse notamment à l’avis favorable, sous conditions, émis par la HAS le 16 mars dernier, et à l’annonce du Directeur Général de la Santé dans la presse d’une éventuelle vente de ces tests dans les supermarchés. « Il ne peut y avoir une biologie à deux vitesses avec une qualité prouvée des examens de biologie médicale par une très lourde accréditation d’un côté et de la biologie sauvage de l’autre, avec des dispositifs moins performants et non contrôlés » déplorent les représentants de la profession. « Par ailleurs nous notons qu’il est paradoxal d’imposer une remontée informatique des résultats par l’ensemble des biologistes, pharmaciens, médecins et établissements de santé afin de mieux contrôler l'épidémie, et dans le même temps de laisser des tests en vente-libre sans encadrement par un professionnel de santé » ajoutent-ils.« De telles mesures pourraient mettre à mal toute la stratégie tester-alerter-protéger. Nous appelons solennellement le gouvernement à ne pas sacrifier la qualité du dépistage que les biologistes médicaux et les différents acteurs se sont efforcés à mettre en place depuis maintenant plus d’un an » concluent-ils.

*Dr. Lionel Barrand – Président des Biologistes Médicaux ; Dr Tristan Celse – Président de la FNSIP-BM ; Dr. Claude Cohen – Président du SNMB ; Pr. Jean-Paul Feugeas – Président du SNMB-CHU ; Pr. Jean-Gérard Gobert – Président de la FNSPBHU ; Dr. Carole Poupon – Présidente du SNBH.

NBS