La place des tests antigéniques selon la HAS

Tests de diagnostic de la Covid-19

BlackJack3D-iStock

La Haute autorité de santé (HAS) s’est prononcée le 25 septembre à la fois sur la performance des tests antigéniques et sur le prélèvement oropharyngé pour les tests RT-PCR.

Concernant les tests antigéniques, la HAS est favorable à leur déploiement et à leur remboursement chez les patients symptomatiques. A la différence des tests virologiques RT-PCR qui recherchent le matériel génétique du virus Sars-Cov-2, les tests antigéniques détectent quant à eux une protéine présente dans le virus. Ces tests, choisis parmi ceux présentant une sensibilité clinique ou égale à 80% (pour éviter les faux négatifs) et une spécificité clinique supérieure ou égale à 99% (pour écarter d’autres virus respiratoires saisonniers), pourraient être réalisés non plus seulement dans les laboratoires mais également en pharmacie, en cabinet de médecine générale…, ce qui pourrait participer au désengorgement des laboratoires. Avec un rendu des résultats dans les 30 minutes, l’institution espère également une réduction des délais pour la réception des résultats.
Le Syndicat des biologistes ne partage pas cet avis et rejoint le Pr Lina, virologue au CHU de Lyon et membre du conseil scientifique Covid-19, arguant du fait que les cas positifs devront de toute façon être confirmés par RT-PCR.
La HAS attend encore des données sur la fiabilité de ces tests chez les personnes asymptomatiques pour émettre un avis dans les prochains jours sur leur déploiement pour le dépistage de la population générale.
Dans un avis du même jour, la HAS s’est également prononcée favorablement pour le prélèvement oropharyngé en remplacement du prélèvement nasopharyngé lorsque ce dernier est contre-indiqué mais ce uniquement en cas de symptômes. C’est notamment le cas des jeunes enfants, des patients très âgés, des patients présentant des troubles psychiatriques, des personnes souffrant de déviation nasale.

PJ