Appel à une révision des processus d’accréditation

Accréditation

simarik

Après un communiqué de presse au début de l’été, les syndicats professionnels écrivent cette fois directement au ministre de la Santé pour demander un assouplissement des exigences de l’accréditation.

Les représentants de neuf syndicats de biologistes ont adressé, le 26 août, un courrier au ministre de la Santé, Olivier Véran, lui demandant « sans délai » de« prendre des décisions fortes pour permettre aux biologistes médicaux et à leurs laboratoires de faire face à la situation sanitaire sans être parasités par des décisions et des attitudes du COFRAC hors de propos ». La grogne contre les contraintes de l’accréditation ne date pas d’hier, mais la crise actuelle rend ces processus« ingérables » selonle Dr François Blanchecotte, président du Syndicat des biologistes (SDB).« En ce moment, ce n’est juste pas possible. Nous réalisons 2 500 tests COVID par jour dans mon laboratoire et nous allons devoir faire face à un audit du Cofrac jeudi prochain, alors que cela demande une semaine de préparation », s’insurge-t-il. Lui et ses confrères avaient déjà sollicité l’attention des pouvoirs publics au début de l’été par un communiqué de presse sur le même thème… sans réaction de l’exécutif. Ce texte en appelait déjà à « une remise à plat immédiate du processus d’accréditation » et il proposait « la création d’un groupe de travail avec le COFRAC dès la fin de l’été ». Cette nouvelle lettre évoque les conclusions du Ségur de la santé qui « appellent à simplifier les procédures afin de libérer du temps pour les professionnels, à recentrer les démarches qualité sur des objectifs partagés et à repenser l’ensemble du processus d’accréditation COFRAC ». Alors que les pouvoirs publics exigent maintenant 1 million de tests COVID par semaine, le ministre les a assurés qu’il allait leur répondre. À suivre.

VD