La diminution du nombre de pharmaciens biologistes continue

Démographie pharmaceutique

Comme chaque année, l’ordre des pharmaciens présente les données démographiques de la profession au 1er janvier 2020. 74 227 pharmaciens sont inscrits à l’ordre, d’un âge moyen de 46,7 ans et à 67% des femmes. Le nombre de biologistes baisse depuis 2009.

Depuis dix ans, le nombre de pharmaciens inscrits à l’Ordre a augmenté de 1,2%, + 0,2% depuis l’an dernier. En 2019, 2356 le sont pour la première fois. Cette tendance est particulièrement marquée en section D (pharmaciens adjoints et autres exercices) qui enregistre 64,2 % de ces nouveaux inscrits. Les sections H (pharmaciens des établissements de santé ou médicosociaux et des services d’incendie et de secours), B (pharmaciens de l’industrie) et E (pharmaciens exerçant en outre-mer) ont constaté une hausse d’inscriptions ces dix dernières années.
A l’inverse, la section G (pharmaciens biologistes), a connu la plus forte baisse du nombre d’inscriptions : -12,5 % en 10 ans soit mille pharmaciens, - 2 % depuis 2018. « Cette diminution considérable ne permet plus à la biologie médicale d’avoir un effectif suffisant pour assurer de façon certaine toutes les missions dans les territoires. Cette situation est due à la diminution du nombre de postes offerts à l’internat par les Ministères de la santé et de l’éducation (166 actuellement). Il faudrait une augmentation de 100 postes par an pour les pharmaciens afin que la profession de biologiste médicale maintienne ses effectifs » alerte Philippe Piet, président de la section G.

Baisse du nombre de SEL

Le nombre d’inscriptions de pharmaciens titulaires d’officine (section A) continue également de diminuer en 2019(25 847, - 1,4 %, -7,9 % en dix ans), parallèlement à la baisse du nombre d’officines (20 736, - 1,1 %) du fait de la restructuration du réseau officinal qui observe une tendance au regroupement d’officines. En effet, 219 officines ont fermé en 2019, un nombre de fermetures légèrement moins élevé qu’en 2018 (226). Le nombre de pharmaciens adjoints d’officine (section D) continue d’augmenter (28207, +1,6 % par rapport à 2018, + 6 % en dix ans. Un tiers a moins de 35 ans.
Les laboratoires de biologie médicale (LBM) font aussi l’objet de regroupements. Le nombre de sociétés privées a diminué de 10,9 % depuis 2018. Cependant, le nombre de sites rattachés aux structures privées continue d’augmenter légèrement. Le nombre de SEL (Sociétés d’exercice libéral) a chuté depuis dix ans en passant d’environ 870 à 380. Le nombre de pharmaciens biologistes inscrits au tableau de la section G atteint 6987 : 63% exercent dans le secteur privé (3894) et 37% dans le public (2616). Spécialité médicale mixte, la profession compte également environ 3000 médecins.
Le nombre de pharmacies à usage intérieur (PUI) baisse, aussi bien au sein des établissements publics que privés (respectivement -1,3 % et -2,5 % par rapport à 2018). Cette diminution résulte notamment du déploiement des structures de coopération et de mutualisation entre les PUI. Toutefois, le nombre de pharmaciens exerçant dans les établissements de santé ou médico-sociaux et les services d’incendie et de secours ‘section H) ne cesse d’augmenter depuis 10 ans (+33 %), « notamment grâce au développement des activités de pharmacie clinique après la publication du décret du 21 mai 2019 » analyse l’Ordre.

Un âge moyen stable

Les tendances globales de la démographie en 2019 restent semblables à celles de l’année précédente avec un âge moyen des pharmaciens stable depuis 2016 à 46,7 ans. Le nombre de pharmaciens de moins de 35 ans est en hausse (+ 2 %). Ils représentent le quart de la population décrite, alors que les plus de 66 ans en constituent moins de 4 %. La profession reste majoritairement féminine (67 % de femmes) avec des disparités selon les sections : les femmes constituent 55 % des inscrits de la section A, 81 % de la section D et 60 % de la section G.

Maillage pharmaceutique harmonieux

« Le maillage pharmaceutique équilibré sur tout le territoire favorise la proximité avec la population et l’accès aux soins de premier recours. Il constitue une véritable force pour faire face aux enjeux de demain : coopération interprofessionnelle, déploiement du numérique... » assure Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens. Ainsi, en 2019, on recense en moyenne 32 officines et 7,1 laboratoires de biologie médicale, ainsi que 3,6 PUI pour 100 000 habitants. Neuf communes sur dix bénéficient d’une pharmacie à moins de 7,2 kilomètres à vol. La majorité de la population française a accès à un site de LBM en moins de 30 minutes.

Campagne de promotion à la rentrée

La profession souhaite être mieux connue et plus attractive pour les jeunes, dans la variété de ses métiers. Pour œuvrer en ce sens, l’Ordre prépare pour la rentrée une campagne de communication et d’affichage sur l’ensemble des métiers des pharmaciens auprès des collégiens, lycéens et étudiants.
Toutes les données sont sur le site de l’Ordre.

J. S.