Les propositions du SDB

Ségur de la Santé

legna69-iStock

Le Syndicat des biologistes diffuse ses propositions communes avec d’autres professionnels de santé et spécifiques aux biologistes médicaux au service de la santé des patients et de la santé publique dans le cadre du Ségur de la santé.

Elles visent à construire un nouveau dispositif de biologie médicale adapté aux enjeux du système de santé en privilégiant les pistes partagées avec les autres professionnels de santé. « Les concertations sont très hospitalo-centrées, s’inquiète François Blanchecotte, président du syndicat des biologistes. Et le PLFSS 2021 est déjà très cadré financièrement. Le gouvernement privilégiera les mesures qui créeront de l’emploi et je doute que nos propositions trouvent un écho favorable ».
Les propositions du SDB s’appuient sur quatre piliers : transformer et revaloriser les métiers des soignants, définir une nouvelle politique d’investissement et de financement au service des soins, simplifier les organisations et le quotidien des équipes, fédérer les acteurs de la santé dans les territoires au service des usagers. « Notre objectif est de rassembler les différents professionnels de santé libéraux pour s’inscrire dans une approche globale de coordination des soins tout en conservant les spécificités des biologistes médicaux » souligne le président.
Parmi les mesures phares de la partie « Pilier 1 », le SDB demande l’ajout du biologiste médical dans la liste des professions médicales du Code de la santé publique pour lui donner plus de visibilité, évoluer vers une spécialité médicale unique, le droit à la prescription, une approche médicale et interprofessionnelle dès les années de formation, valoriser et financer la recherche libérale.
Dans la deuxième partie les attentes concernent le développement et la valorisation de la prévention avec notamment la création d’un bilan dédié annuel et la possibilité pour les biologistes de vacciner.
Dans l’optique d’une simplification des organisations, les suggestions vont des modalités de la rémunération de la coordination avec intégration du biologiste médical dans l’équipe de soins de premier recours à l’allègement des contraintes législatives et réglementaires afin de s’adapter au terrain.
Enfin la fédération des acteurs de la santé passe par la promotion de modes de coordination souples et efficaces entre la ville, l’hôpital et le secteur médico-social, la création d’un « référent biologique » pour les patients atteints de pathologies chroniques et la possibilité pour les LBM d’intégrer les pôles de santé. Enfin, il apparaît nécessaire au SDB d’accélérer la mise en place des outils digitaux favorisant la coordination comme le DMP, la messagerie sécurisée, des logiciels métiers interopérables, la dématérialisation de la Carte vitale, de la CPS, des prescriptions..

JS