Un partenariat entre LBM et laboratoires vétérinaires ?

Covid-19

©Cecilie_Arcurs-istock

Les laboratoires vétérinaires proposent aux autorités sanitaires leur aide à la réalisation des tests de dépistage du Covid-19. Une initiative soutenue par l’Académie vétérinaire de France, les Académies de médecine et de pharmacie et le SDB.

Les producteurs français de réactifs vétérinaires offrent leurs services pour la réalisation de tests de dépistage du Covid-19 chez l’homme. L'Académie vétérinaire de France (AVF) « salue et soutien » cette démarche et « demande instamment aux autorités sanitaires d'examiner avec la plus grande attention cette possibilité, à laquelle plusieurs pays dont les Etats-Unis ont déjà largement recours ».
De fait, dans plusieurs États membres de l'Union européenne (Allemagne, Belgique, Italie…), les producteurs de réactifs vétérinaires sont autorisés à fabriquer des trousses de diagnostic Covid-19 et les laboratoires vétérinaires peuvent les utiliser pour le diagnostic chez l’Homme. L'Académie nationale de médecine« recommande donc qu’en France aussi, les Autorités sanitaires délivrent une autorisation exceptionnelle à ces industriels et laboratoires du secteur vétérinaire dans le cadre de l'urgence sanitaire actuelle ». L’Académie nationale de pharmacie surenchérit : « C’est l’occasion de mettre en pratique le concept « Une seule santé » prôné par les organisations internationales comme l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale) pour développer des synergies entre tous les acteurs concernés, à tous les niveaux, notamment celui de la biologie médicale, afin de répondre de façon coordonnée aux enjeux de santé publique ».
Le SDB (Syndicat des biologistes) propose « dans les zones géographiques où cela s’avère utile » de bâtir avec les laboratoires vétérinaires « une coopération structurée de la biologie médicale pour être plus rapides et efficients dans le diagnostic COVID-19 en médecine de ville et pour renforcer les capacités biologiques hospitalières ». Et ce afin de pouvoir « répondre aux demandes de diagnostic pour la population, effectuées dans le respect des indications et dans des délais de rendus inférieurs à 24 h ». Cette coopération « permettrait ainsi d’accroître la capacité nationale de réalisation des tests Covid-19, tout en respectant le processus de prise en charge des patients en lien avec l’équipe de soins » conclu le SDB.

NBS