Panorama de la biologie médicale en Bourgogne-Franche-Comté

Synthèse annuelle

©werbeantrieb-istock

L’ARS de Bourgogne-Franche-Comté a publié sa synthèse annuelle 2019 sur la situation de la biologie. Un point sur les évolutions de répartition des sites, le nouveau zonage de biologie, l’accréditation, les principaux impacts de la réforme de 2011…

Plus de 99% des habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté se trouvent à moins de 30 minute de leur laboratoire de biologie médicale. Pourtant la régionprésente une densité de sites de laboratoires plus faible que la moyenne nationale (environ 1 site pour 17 500 habitants contre 1 site pour 13 500 habitants en France).

Un zonage biologie réduisant l’hétérogénéité territoriale

Depuis juillet 2018, les cinq territoires de santé de la région (Yonne, Côte d’Or, Nievre, Franche-Comté et Saône et Loire) ont été remplacés par quatre zones (Ouest, Centre, Est, et Sud) permettant de réguler l’implantation des laboratoires dans la région. En 2019, 39 laboratoires sont implantés sur la région : 22 LBM privés répartis sur 138 sites, et 17 LBM hospitaliers répartis sur 23 sites. L’activité moyenne de prélèvementest de 17,8examens/habitanten 2018.

Les principaux impacts de la réforme de 2011

Depuis la réforme de 2011, Le nombre d’entités juridiques exploitant des laboratoires privés (83en 2011 contre 22en 2019) s’est réduite de plus de 70%. Des sites pré-et post-analytiquessont apparus et représentent 61%des siteslibérauxde la région en2019. Le nombre de LBM privés indépendants a chuté de 25% des sites en 2011 à moins de 1% des sites en 2019. Enfin, suite à la réorganisation du secteur public, sept laboratoires hospitaliers ont fermé depuis 2013.

Accréditation, biologie délocalisée, des interrogations pour l’avenir

Quatorze laboratoiressur trente-huit déclarent un pourcentage d’accréditation inférieur à 75% au 31 décembre 2018.Aucun laboratoire de la région n’est encore accrédité à 100 %. L’ARS Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que d’autres ARS, ont saisi le ministère « sur les difficultés et l’impossibilité d’atteindre l’objectif de 100 % d’examens accrédités au 1er novembre 2020 selon les exigences actuelles ». L’année 2020 comporte de nouvelles interrogations concernant notamment la sortie de la biologie délocalisée des établissements de santé suite au Pacte de refondation des urgences publié en septembre 2019, qui prévoit un accès direct à des examens de biologie dans le cadre de consultations sans rendez-vousen libéral. Mesure entérinée par la loi financement de la sécurité sociale pour 2020. « Des textes réglementaires sont attendus pour définir la liste des examens concernés et les personnes pouvant les réaliser » précise le rapport.
 

Retrouvez la synthèse annuelle 2019 de l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté de la situation de la biologie dans la région

NBS