40 millions d’euros pour la lutte contre l’antibiorésistance

Recherche

©Likoper-istock

Le financement du programme prioritaire de recherche dédié à la lutte contre l’antibiorésistance lancé le 9 janvier aura pour vocation de financer des projets de recherche de grande ampleur et met l'accent sur l'interdisciplinarité.

« On estime que chaque année en France, 125 000 infections à bactéries multi-résistantes induisent environ 5500 décès par an » rappelle le Ministère des Solidarités et de la Santé, avant réaffirmer l’engagement de la France « face à cet enjeu crucial en matière de santé publique ». Ce programme prioritaire de recherche (PPR) dédié à la lutte contre l’antibiorésistance a été lancé par Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Guillaume Boudy, Secrétaire général pour l’investissement le 9 janvier 2020. Il est financé par le troisième programme d’investissements d’avenir. L’Inserm est responsable du pilotage scientifique. « Le PPR antibiorésistance a ainsi pour objectif de mettre en œuvre des initiatives de recherche qui visent à réduire la consommation d’antibiotiques chez l’Homme et à inverser la courbe des résistances » témoigne Evelyne Jouvin-Marche, coordinatrice scientifique du programme. Des projets de 4 à 6 ans seront financés à hauteur de 1 à 3 millions d’euros, avec une mise valeur de l’interdisciplinarité. Les quatre axes du PPR Antibiorésistance sont les suivants : contrôler et maîtriser l’usage et la dissémination des antibiotiques dans tous les domaines pour réduire la pression de sélection environnementale ; élucider et ralentir l’émergence et la dissémination des mécanismes de résistance et des bactéries résistantes ; accélérer l’innovation des outils diagnostics, thérapeutiques et préventifs de la résistance bactérienne et de sa diffusion et proposer de nouvelles stratégies anti-infectieuses ; comprendre les paramètres anthropologiques, sociologiques et économiques qui concourent à un mésusage des antibiotiques.

NBS

Publicités