La LFSS 2020 élargit le cadre de la biologie délocalisée

Profession

©Designer491-istock

La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2020 a été publiée au Journal officiel du vendredi 27 décembre 2019. Elle propose notamment la réalisation de certains examens de biologie médicale dans les cabinets médicaux.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2020 avait été adopté définitivement mardi 3 décembre par le parlement. L'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) pour 2020 est fixé à 205,6 milliards d’euros (+2,5%), sans recettes supplémentaires. 4,185 milliards d’euros d’économies sont attendues, contre 3,830 en 2019. Pour la biologie, les économies se montent à 205 millions d’euros, contre 120 millions en 2019.

Parmi les mesures adoptées, un amendement (n°1956) approuvé par les députés le 25 octobre vise à élargir le cadre de la biologie médicale délocalisée, c'est-à-dire la réalisation des phases pré-analytiques et analytiques en dehors d’un laboratoire de biologie médicale, y compris en ville. Cette mesure avait été proposée par Agnès Buzyn lors de l’annonce du pacte de refondation des urgences, au mois de septembre. « Mon objectif est vraiment de faire des soins non programmés en ville une réelle alternative aux urgences » a déclaré la Ministre de la solidarité et de la Santé lors de la session d’examen de l’amendement à l’Assemblée Nationale. « Il est donc proposé que des examens de biologie médicale simples et automatisés – recherche de marqueurs de souffrance cardiaque, dosage de protéine C réactive pour les infections, analyse des gaz du sang – puissent être pratiqués dans les cabinets libéraux, les maisons de santé et les centres de santé, non pas pour tous les patients en routine, mais pour ceux dont l’état de santé le nécessiterait » ajoute-t-elle avant de préciser « Dans tous les cas, je tiens à le souligner, cela ne peut pas se faire sans l’implication des professionnels, notamment des biologistes médicaux ».

NBS

Publicités