Le nombre de pharmaciens biologistes continue de baisser

Démographie pharmaceutique 2019

L’Ordre des pharmaciens publie, comme chaque année, les données démographiques de la profession. Augmentation du nombre d’inscrits, âge moyen stable, maillage territorial harmonieux... Toutefois la population des biologistes dénote avec une baisse des effectifs de 1,9%.

Pour toute la profession pharmaceutique, 74 115 pharmaciens sont inscrits à l’Ordre avec 2311 nouvelles inscriptions en 2018 (+3,7%).
Près des trois quarts des pharmaciens exercent en officine : 35% sont inscrits en section A (titulaires) et 37% en section D (adjoints). En dix ans, le nombre de titulaires a diminué de 7% alors que celui des adjoints a augmenté de 5,4%.
Les laboratoires de biologie médicale (section G) regroupent 9,6% des inscrits à l’Ordre. Les deux tiers (63%) exercent dans le privé et 37% dans le public.  En baisse de 2%, le nombre de biologistes inscrits à l’Ordre en 2018 atteint 7132. « La population de près de 10 000 biologistes médicaux se partage entre médecins et pharmaciens (environ deux tiers des effectifs). » précise Bernard Poggi, président de la section G. La baisse des effectifs dans la population de pharmaciens biologistes, amorcée depuis 2009, se poursuit en 2018 en raison du regroupement des laboratoires de biologie médicale et du nombre de départs en retraite en particulier dans le privé.
 « La pyramide des âges laisse présager un rajeunissement de la population de pharmaciens en raison du nombre de départs à la retraite et de l’augmentation de l’arrivée de jeunes diplômés » relève l’Ordre. « Le renouvellement de la profession est assuré » se réjouit Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’ordre des pharmaciens. L’âge moyen des primo-inscrits a diminué d’un an à 27,8 ans et la proportion des inscrits de moins de 25 ans a été multipliée par quatre à 12,5%.
L’âge moyen des pharmaciens est de 46,7 ans mais de 49,7 ans pour les biologistes avec une population plus jeune dans les établissements publics (46,6 ans) que dans le privé (52,2 ans).
Le nombre de places au concours d’interne en biologie médicale à la rentrée 2018 était de 163. « Tous les postes d’interne en biologie médicale sont pourvus ce qui signe un maintien de l’attractivité de la filière. Un signe encourageant pour le futur avec un bémol : il faudrait augmenter le nombre d’internes pour pallier aux nombreux départs en retraite des cinq prochaines années » note Bernard Poggi.
Le maillage reste homogène avec un accès aux examens à moins de 30 minutes de trajet en voiture sur la quasi-totalité du territoire. On dénombre 7,3 laboratoires de biologie médicale (LBM) et 11 pharmaciens biologistes pour 100 000 habitants. On compte en France 4735 laboratoires de biologie médicale publics et privés, avec une densité régionale variable.
Quasi tous les laboratoires privés ont le statut de SEL (société d’exercice libéral) au nombre de 402 en 2018 (en baisse en 8,6% par rapport à 2017 et de -68% en dix ans). Les pharmaciens biologistes plébiscitent les SPF-PL qui sont 309 au total en France. « Le nombre de laboratoires continue de diminuer en raison des regroupements et de la chute du nombre de sites » observe le président de la section G. En moyenne une SEL comprend 9,75 sites et 38% des SEL exploitent entre 6 et 20 sites. Une SEL sur dix possède plus de vingt sites. « On constate une nette prépondérance de l’exercice libéral, non salarié, dans le privé, ajoute Bernard Poggi. Et il reste moins de vingt LBM exploités en nom propre.

Pour en savoir plus

Démographie des pharmaciens
Panorama au 1er janvier 2019

J. S.