La recherche systématique d’un déficit en enzyme DPD préconisée avant chimiothérapie

Information pour les patients

©undefined undefined

Un document à l’attention des patients a été mis en ligne par la Haute Autorité de Santé (HAS) à destination des personnes atteintes d’un cancer (principalement digestif, du sein ou ORL) et traitées par une chimiothérapie à base de fluoropyrimidines (5-fluorouracile dit 5-FU ou capécitabines).

Cette fiche d’information explique l’importance de la recherche d’un déficit en enzyme dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD) de façon systématique avant une chimiothérapie utilisant les fluoropyrimidines. Il y est expliqué que ce type de chimiothérapie sont parfois associées à des toxicités sévères dont une partie peut être liée à un déficit d’activité de l’enzyme DPD. Les médicaments concernés sont listés (flacons de solution pour injection et comprimés à avaler). Les conséquences d’un déficit en DPD sont détaillées et des sources sont données aux patients pour s’informer sur les médicaments et déclarer tout effet indésirable des médicaments (même en l’absence de déficit en DPD).

Ce document a été élaboré en lien avec des associations de patients concernées par l’utilisation de ces médicaments et les professionnels de santé par l‘ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), l’Institut National du Cancer et la HAS.

Retrouvez la fiche d’information patients ici

NBS