La télémédecine sur la rampe de lancement

Interprofessionnalité

C’est signé ! La télémédecine accède au remboursement après des années d’expérimentation. Les actes de téléconsultation sont pris en charge à compter du 15 septembre 2018 et les actes de télé-expertise seront remboursés à partir de février 2019.

C’est l’objet du sixième avenant à la convention médicale signée entre l’assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux cet été. La rémunération d’une téléconsultation, c’est-à-dire un examen médical par visioconférence, est la même que celle d’une consultation de visu : 25 euros pour un généraliste, 30 euros pour un spécialiste. Cet acte s’inscrit dans le parcours de soin et le patient s’adresse en priorité à son médecin traitant.
Une télé-expertise correspond à la sollicitation d’un deuxième praticien pour avis pour certains patients*. Elle sera prise en charge à hauteur de 12 ou 20 euros pour le médecin requis selon la complexité du cas. Le praticien requérant percevra un forfait de 5 à 10 €. Cette pratique devrait être élargie d’ici 2020 à l’ensemble des patients.
Pour des consultations complexes et très complexes la rémunération pourra atteindre de 46 et 60 euros. Les praticiens concernés recevront une prime d’aide à l’équipement en dispositifs médicaux connectés de 525 euros par an.
Il est prévu que chaque acte soit tracé par un compte-rendu envoyé au médecin requérant et intégré dans le dossier médical partagé.
Même si les pharmaciens ne sont pas inclus dans ce dispositif, l’assurance maladie prévoit toutefois que le patient peut être assisté par un autre professionnel de santé. Les documents de l’assurance maladie précisent que ces pratiques devraient d’étendre à d’autres professionnels de santé, à commencer par les infirmiers et les pharmaciens.

*en ALD, atteints de maladies rares comme la mucoviscidose ou l'hémophilie, résidents des zones en sous-densité médicale, résidents d’EHPAD ou détenus, soit près de 22 millions de personnes.

JS