Promotions et nominations pour la Légion d’honneur dans le monde de la biologie médicale

Nominations

Biologiste infos
Crédit photo : istock

Par décret du Président de la République publié au Journal officiel du dimanche 31 décembre 2017, une quarantaine d'acteurs de la santé ont été distingués dans la promotion du 30 décembre 2017 de l'Ordre national de la Légion d'honneur, qui récompense au total 336 personnalités.

Parmi eux, plusieurs personnalités impliquées en biologie médicale ont été promues au grade de commandeur

Alain Fischer, professeur au Collège de France, membre de l'Académie des sciences. Officier du 3 février 2011.

Gilbert Raffier, ancien médecin-général du service de santé des armées, président-fondateur d'une association pour le développement socio-sanitaire (Côte d'Ivoire). Officier du 22 mai 1997.

D’autres, au grade d'officier

M. Sentenac (Georges, André dit André), conseiller scientifique à la direction des sciences du vivant du CEA, membre de l'Académie des sciences. Chevalier du 4 octobre 2008.

Marie-Josée Keller, ancienne présidente du conseil national de l'ordre des sages-femmes.

Michel Simon, vice-président d'honneur de l'association de lutte contre le sida Aides, et président de Link, un fonds de dotation contre les maladies infectieuses.

Jacqueline Capeau, professeure des universités-praticienne hospitalière (PU-PH) émérite et chargée de mission à l'université Pierre et Marie Curie.

D'autres personnalités impliquées en biologie médicale ont été promues au grade de chevalier :

Jessica Zucman-Rossi, professeur d’oncologie et directrice de l'Unité "génomique fonctionnelle des tumeurs solides" à l'université Paris Descartes.

Jean-François Bergmann, professeur des universités, chef du département de médecine interne à l'hôpital Lariboisière (Paris, AP-HP)

Jacqueline Fraysse, médecin cardiologue, ancienne sénatrice et ancienne députée des Hauts de-Seine.

Alain Clayes, maire de Poitiers, ancien député et co-auteur de la loi Claeys-Leonetti relative à l'autorisation de la sédation profonde et continue pour les patients en phase terminale.

Françoise Darses, professeur des universités en psychologie ergonomique et chef du département Action et cognition en situation opérationnelle (ACSO) de l’Institut de recherche biomédicale des armées (Irba)

Pascale Bouillé, chercheuse en virologie

Anne Bouygard, directrice générale de l'agence régionale de santé (ARS) Centre-Val-de-Loire.

François Démard, ancien chef de service au CHU de Nice.

Georges Képénékian, maire de Lyon, médecin et ancien chef du service d'urologie à l’hôpital Saint-Joseph Saint-Luc à Lyon.

Pauline Mbaku, président de l'association Espoir de Vivre qui lutte contre la drépanocytose.

Catherine Valassopoulos-Imbert, docteur en gynécologie à Lyon

Bertrand Parmentier, directeur général de Pierre Fabre.

Patrick Couvreur, membre de l’Académie des sciences et professeur en pharmacotechnie à l’université Paris-Sud.

Catherine Florentz, professeure des universités en biochimie et biologie moléculaire, vice-présidente en charge de la recherche et de la formation doctorale à l'université de Strasbourg.

Agnès Mignot, biologiste, professeure à l'université de Montpellier, directrice de l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier.

Francis Wollman, biologiste, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), directeur de l'Institut de biologie physico-chimique.

Valérie Fourneyron, médecin, ancienne ministre de la ville, de la jeunesse et des sports et présidente de l'Autorité de contrôle indépendante contre le dopage.

Source : Journal officiel, dimanche 31 décembre 2017, textes 17, 18 et 19

La rédaction