Dépister la prématurité avec un test sanguin ?

Dépistage

Biologiste infos
Crédit photo : Topalov-istock

Une équipe de chercheurs du laboratoire de médecine reproductive et d’immunologie de San Francisco aux Etats-Unis a réalisé une étude préliminaire sur un test sanguin qui pourrait prédire précocement les risques de fausse-couche, de prématurité ou de pré-éclampsie. Les résultats ont été révélés au grand public par la BBC le 1er novembre dernier.

Chaque année 15 millions de bébés naissent prématurément dans le monde selon l'Organisation mondiale de la Santé.

Des chercheurs américains pourraient avoir trouvé un moyen de repérer précocement le risque de prématurité grâce à un test, qui, réalisé avant la 12ème semaine de grossesse, repose sur le dosage de molécules appelées micro ARN, qui se trouvent « dans les cellules sanguines du lit placentaire, la membrane qui tapisse l’utérus pendant la grossesse ». Leur présence dans le sang maternel semble être associée à ces complications de la grossesse, avant que les symptômes ne soient apparents. Sur 160 naissances, les chercheurs sont parvenus à « anticiper une fausse-couche et la pré-éclampsie tardive avec une précision d’environ 90 % », et la prématurité avant 34 semaines « avec une précision d’environ 89 %. »

L’équipe insiste toutefois sur le caractère préliminaire de leur étude qui ne doit pas être surestimée.

La rédaction avec la BBC