Les internes en biologie médicale dans l'attente de leur nouvelle maquette de DES

Formation

Biologiste infos
Crédit photo : francescoch-istock

Alors que la réforme du 3ème cycle des études médicales est entrée en vigueur ce jeudi 2 novembre 2017, la version définitive de la maquette du Diplôme d’Etudes Spécialisées (DES) de Biologie Médicale n’est toujours pas parue officiellement. Un comble pour les nouveaux étudiants de 3ème cycle qui démarrent leur phase socle sans connaître les modalités de leur nouvelle maquette.

Après avoir signalé plusieurs erreurs dans la première version émise de la maquette du DES de biologie médicale, et notamment dans sa dénomination (ce DES était alors qualifié de « DES de cancérologie »), la Fédération nationale des syndicats d’internes en pharmacie et en biologie médicale (FNSIP-BM) dénonce, dans un communiqué de presse, l'attente incommensurable des modifications de cette maquette et souligne la bizarrerie de la situation des nouveaux étudiants en 3ème cycle d'études médicales qui vont devoir obtenir leur DES selon les modalités de la nouvelle maquette à laquelle ils n’ont pas accès, « que ce soit pour les parcours de stages, les enseignements théoriques et pratiques, ou pour la validation des différentes phases du DES ». Pourtant votée et adoptée par le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) le 18 septembre dernier, cette maquette du DES de biologie médicale semble avoir été "la grande oubliée" des ministères et directions générales, au grand désespoir de la FNSIP-BM : « [la maquette] est toujours dans la pile des attendus, et ce malgré plusieurs sollicitations des instances de notre part. »

Comment faire alors pour appliquer une maquette auprès des étudiants, des universités, des chefs de service, des coordonnateurs locaux et régionaux de DES, ainsi que des Agences régionales de santé, alors que la version officielle de celle-ci n’est pas encore diffusée ? C’est la question que se pose la FNSIP-BM, qui en appelle aux responsables politiques en leur demandant instamment « la parution [de cette nouvelle maquette] au Journal Officiel de la République Française », afin de garantir aux biologistes de demain « une formation de qualité » et de soutenir « l’avenir de la profession. »

La rédaction